Lachine & Dorval
11:53 31 mars 2020 | mise à jour le: 31 mars 2020 à 11:53 temps de lecture: 2 minutes

Les Dorvalois répondent à l’appel

Les Dorvalois répondent à l’appel
Photo: Messager Lachine Dorval - Éric MartelMichael Sklavounos a donné du sang samedi aux Jardins Dorval.

Une collecte de sang a affiché complet au centre commercial Jardins Dorval, en bordure de l’autoroute 20, samedi. Plus de 70 donneurs se sont présentés, alors que des mesures d’hygiène spéciales ont été prises pour que tout se déroule sécuritairement.

Toutes les cases horaires disponibles pour donner du sang ont été comblées moins de 48 heures après l’affichage. «C’est fascinant. Les Lachinois et Dorvalois ont réagi vraiment spontanément à l’appel», assure le porte-parole d’Héma-Québec, Laurent-Paul Ménard.

Généralement, aucun rendez-vous n’est obligatoire pour les donneurs. En temps de pandémie, c’était la seule façon de pouvoir se présenter afin de réduire l’achalandage et les risques de propagation de la COVID-19.

Avant d’accéder à une salle d’attente, où tous les sièges étaient situés à plus de deux mètres de distance, les participants devaient répondre à des questions concernant un retour potentiel de voyage ainsi qu’à des symptômes relatifs au coronavirus. Un second questionnaire devait aussi être rempli.

Les conditions sanitaires sont toujours observées sur un site de don de sang, où l’on prend la température de tous les donneurs. «On fait tout pour mitiger le risque, soutient M. Ménard. Présentement, donner du sang est plus sécuritaire que de faire son épicerie.»

Héma-Québec doit récolter plus de 1000 dons par jour pour subvenir au besoin des Québécois aux prises avec divers troubles comme l’anémie, des infections ou des déficits immunitaires. La prochaine collecte dans la région aura lieu samedi, au Chalet Arthur-Séguin, situé à Pointe-Claire.

Pourquoi donner du sang?

«Nous vivons une période dans laquelle il est important de s’entraider. J’ai la chance d’être en santé, alors je pense que c’est ma responsabilité de donner du sang.» – Michael Sklavounos.

«Ma soeur est en chimiothérapie et ma fille, qui est décédée, a eu besoin de beaucoup de dons pour survivre. Maintenant, je sais que c’est mon devoir de donner.» – Christiane Breton:

Articles similaires