Rosemont
17:41 1 mai 2020 | mise à jour le: 1 mai 2020 à 17:41 temps de lecture: 3 minutes

La crise, une fenêtre vers le bénévolat

La crise, une fenêtre vers le bénévolat
Photo: GracieusetéFrancis, Marie-Pier et Jacques-André sont tous les trois bénévoles pour le centre communautaire Petite-Côte.

Tous les deux dans la cinquantaine, Jacques-André Houle et Gino Martin se sont récemment engagés dans le bénévolat pour apporter leur aide dans ce contexte de crise. Avec le centre communautaire Petite-Côte, ils font les courses des personnes confinées, mais offrent aussi parfois une oreille attentive à ceux qui en ont besoin.

«Pour moi c’est comme un devoir d’aider les gens. Aujourd’hui la dame que j’ai livrée avait un grand balcon, elle était contente de pouvoir parler à quelqu’un. On a discuté assez longtemps. Ça faisait cinquante jours qu’elle n’était pas sortie de son appartement», raconte Jacques-André Houle.

Violoniste classique de profession, M. Houle avait toujours été trop occupé pour être bénévole. «C’est ma première vraie expérience de bénévolat. À cause de la situation, j’ai plus de temps», témoigne-t-il.

Un travail essentiel

Présent dans Rosemont depuis plusieurs décennies, le centre communautaire Petite-Côte offre de livrer leur épicerie aux personnes confinées qui ne peuvent pas le faire elles-mêmes.

«Les personnes qui bénéficient de ce service, sont dans l’incapacité de sortir de chez elles. Elles peuvent avoir des problèmes de santé ou être dans une situation qui ne leur permet pas de sortir. Ce ne sont pas seulement des aînés», détaille Antonin Favron, directeur général du centre communautaire Petite-Côte.

Le service offert par les bénévoles ne se limite d’ailleurs pas à l’épicerie, ajoute-t-il. Les bénévoles peuvent aussi être amenés à se rendre à la pharmacie ou à la SAQ, selon les besoins des personnes.

Bénévoles pour la première fois

Avant la crise sanitaire, Gino Martin n’avait jamais fait de bénévolat lui non plus. Mais, depuis trois semaines il rend service aux résidants de Rosemont. Travaillant à son compte dans le domaine du design, il s’est porté volontaire auprès de la Petite-Côte après la fin d’un contrat.

«J’avais envie de faire quelque chose pour aider la communauté. Aussi, ma conjointe travaille dans un CHSLD, donc elle est directement au front, raconte M. Martin. J’avais du temps et je voulais contribuer à ma façon.»

Grâce à plus de 20 bénévoles, le centre communautaire Petite-Côte a pu organiser 191 livraisons dans Rosemont depuis le 30 mars.

Articles similaires