Uncategorized
19:28 6 octobre 2020 | mise à jour le: 9 octobre 2020 à 10:52 temps de lecture: 4 minutes

Trump met fin aux négociations avec le Congrès sur un plan d’aide aux Américains

Trump met fin aux négociations avec le Congrès sur un plan d’aide aux Américains
Photo: J. Scott Applewhite/AP PhotoLa Maison Blanche le mardi 6 octobre 2020.

WASHINGTON — Le président Donald Trump a décidé de suspendre jusqu’au lendemain des élections les négociations avec le Congrès sur de nouvelles mesures d’aide aux Américains touchés par les conséquences économiques de la pandémie.

Cette décision intervient alors que le président de la Réserve fédérale a affirmé mardi qu’un nouveau plan de relance était nécessaire pour empêcher l’économie américaine de replonger en récession.

Sur Twitter, M. Trump a estimé mardi que la présidente de la Chambre des représentants, la démocrate Nancy Pelosi, «ne négociait pas de bonne foi» et a indiqué avoir demandé au chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, de se concentrer sur la confirmation de sa candidate à la Cour suprême, Amy Coney Barrett, avant les élections du 3 novembre.

«J’ai demandé à mes représentants d’arrêter de négocier jusqu’à la fin des élections lorsque, immédiatement après ma victoire, nous adopterons un important projet de loi de relance axé sur les travailleurs américains et les petites entreprises», a écrit M. Trump.

Cette décision signifie que M. Trump et les républicains du Congrès devront tenter de se faire réélire sans avoir offert une nouvelle tranche d’aide directe aux Américains, alors que le taux de chômage national avoisine les 8 % et que des millions de personnes, incapables de payer leur loyer ou leur hypothèque, font face à une menace d’éviction.

La sénatrice du Maine Susan Collins, une républicaine dont la réélection est loin d’être assurée, a estimé que d’attendre la fin des élections pour parvenir à un accord sur le prochain programme de soutien économique constituait «une énorme erreur».

Ce revirement inattendu pourrait représenter un coup dur pour les perspectives de réélection de Donald Trump et survient alors que son administration et sa campagne sont dans la tourmente. Le président est en quarantaine à la Maison-Blanche après avoir contracté la COVID-19, et les plus récents sondages d’opinion indiquent qu’il est nettement derrière l’ancien vice-président Joe Biden dans les intentions de vote, à quatre semaines du scrutin.

M. Biden a condamné la décision de M. Trump de mettre fin aux pourparlers avec le Congrès.

«Ne vous y trompez pas: si vous êtes sans travail, si votre entreprise est fermée, si l’école de votre enfant est fermée, si vous voyez des licenciements dans votre communauté, Donald Trump a décidé aujourd’hui que rien de tout cela — rien de tout cela — n’avait d’importance pour lui», a déclaré le démocrate dans un communiqué.

Le président a annoncé la rupture des négociations immédiatement après avoir parlé avec les principaux leaders républicains au Congrès, qui surveillaient avec méfiance les discussions entre le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin et Mme Pelosi. De nombreux républicains du Sénat avaient signalé qu’ils ne seraient pas disposés à accepter un plan de relance dépassant 1000 milliards de dollars.

La semaine dernière, la Maison-Blanche avait affirmé qu’elle soutenait une allocation de 400 $ par semaine pour les Américains qui se retrouvent sans emploi à cause de la pandémie et a fait miroiter la possibilité d’un plan de relance de 1600 milliards de dollars. Mais cette proposition a été rejetée par Mme Pelosi, qui défendait plutôt un plan d’aide totalisant 2000 milliards de dollars.

Après l’annonce du président sur Twitter, la présidente de la Chambre a estimé que M. Trump n’était «pas disposé à écraser le virus» et «refusait d’apporter une aide réelle aux enfants pauvres, aux chômeurs et aux familles qui travaillent dur aux États-Unis».

Le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, avait averti plus tôt mardi que sans un nouveau plan de relance, la reprise économique restait fragile, sept mois après le début de la pandémie. Devant la National Association for Business Economics, M. Powell a estimé qu’un soutien insuffisant «conduirait à une faible reprise, créant des difficultés inutiles pour les ménages et les entreprises».

Andrew Taylor et Aamer Madhani, The Associated Press




Articles similaires