Uncategorized
14:45 9 avril 2013 | mise à jour le: 9 avril 2013 à 17:28

La Femen tunisienne Amina Tyler réapparaît

Amina Tyler, la première Femen arabe et musulmane, a disparu de la scène médiatique pendant un mois. Elle vient d’accorder une entrevue télédiffusée la fin de la semaine dernière.

Le 1er mars, lorsqu’Amina a lancé la première page Facebook des Femen en Tunisie et dans la région, elle a causé une onde de choc dans le monde arabo-musulman et a également reçu un soutien planétaire. Puis, on n’a plus entendu parler d’elle. Mis à part des messages sporadiques sur sa page Facebook, la jeune Femen tunisienne a disparu des radars. De folles suppositions ont circulé sur son compte: elle serait séquestrée par sa propre famille.

En soutenant Femen, Amina s’est exposée à de réels risques de lynchage sur la place publique, voir même d’assassinat. Des détraqués salafistes ou djihadistes tunisiens ont mis un contrat sur sa tête. Les messages haineux ont fusé sur les médias sociaux et rares sont ceux qui ont osé la défendre publiquement. Depuis, Amina Tyler est cachée par sa famille par peur de représailles.

Et puis, sans crier gare, Amina est réapparue dans un reportage de l’agence CAPA TV pour «L’Effet Papillon». Cette émission de reportages de la chaîne française privée Canal Plus a diffusé, samedi dernier, une entrevue de la jeune fille, dans la maison où elle vit avec sa famille, loin de Tunis, la capitale.

Dans cet entretien de presque sept minutes, on découvre une jeune fille affaiblie par l’affaire. Sans maquillage, le teint blême et l’air timide, derrière la frimousse sympathique de l’adolescente se cache une jeune femme qui a certes, peur pour sa vie, mais qui demeure déterminée.

Amina confirme avoir reçu des menaces par téléphone et sur Facebook, comme celle de la défigurer en aspergeant son visage d’acide. Elle a avoué vivre cloîtrée avec sa famille et ne plus fréquenter l’école. Toutefois, elle est déterminée à ne pas reculer. Elle est résolue à quitter sa famille et la Tunisie pour poursuivre des études de journalisme à l’étranger afin de défendre les Femen du monde.

Amina se considère très chanceuse. Son père, un homme ouvert, la soutient. Selon elle, un autre père aurait tué sa fille après ce qu’elle a fait.

Tout en réaffirmant son soutien à vie au mouvement Femen, Amina s’est désolidarisée de leur récente sortie médiatique pour la soutenir. Le 4 avril dernier, des Femen ont manifesté seins nus devant des mosquées et des représentations diplomatiques tunisiennes en Europe contre l’islamisme. Elles ont brûlé un drapeau représentant l’islam, un acte qu’Amina Tyler a jugé inacceptable et radicale, car les Femen n’ont pas juste insulté les extrémistes, mais tous les musulmans. À suivre!

Cliquez ici pour visionner le reportage L’Effet Papillon