Uncategorized

Les téléséries dans l’intimité des médias sociaux

Photo: Getty Images/iStockphoto

Je suis gestionnaire de communauté dans différents secteurs, dont celui de la télévision. Alors j’étudie beaucoup les interactions qui se déroulent sur les pages et comptes des différentes émissions. De façon générale, les téléséries dramatiques attirent les confidences, parfois même très personnelles. Je suis fascinée de voir des gens se confier autant, publiquement parfois, mais avec une impression d’anonymat en raison de l’écran.

Des interactions à plusieurs degrés

Elle est aimée notre télé québécoise. C’est du moins ce que l’on peut constater sur les médias sociaux. Il suffit de jeter un coup d’oeil sur les pages Facebook des différentes séries québécoises. Les médias sociaux amènent une dimension de proximité qui agrandit le salon du téléspectateur. Chacun se sent moins seul à regarder son émission favorite même si la multiplication des chaînes de télé, les sites d’écoute à la demande, les enregistreurs numériques dispersent et fragmentent les moments d’écoute.

J’observe ce que les téléspectateurs laissent en commentaires sur les pages Facebook des émissions. C’est fascinant sociologiquement parlant. Certains se livrent, d’autres se choquent, plusieurs ont des avis. Les médias sociaux amènent une impression de proximité, de dialogue avec les protagonistes de la série.

Nouvelle adresse, dont le personnage principal se bat contre le cancer, amène des partages de gens qui ont vécu ce combat. Au secours de Béatrice, une urgentologue en thérapie pour des troubles anxieux, reçoit les confidences d’individus aux prises avec ces troubles. O’ et sa saga familiale interpellante, la nouvelle série Pour Sarah dont l’histoire principale se déroule autour de deux jeunes adultes qui ont un accident de la route majeur, amène des questionnements et des témoignages touchants.

Nous avons effacé le nom des personnes afin de préserver leurs identités.

Ce n’est pas nouveau, mais la proximité avec un personnage de fiction, la confusion entre personnage et comédien est encore plus grande lorsque les fans ont l’impression de «converser» avec les vedettes.  Les téléspectateurs s’approprient les scénarios, s’adressent aux personnages ou aux acteurs. Les médias sociaux coupent cette barrière psychologique avec les «vedettes».

Désormais, Johanne et Mario ont l’impression d’entrer en contact avec les comédiens dans leur petit écran, dans leur ordinateur ou leur tablette.

La notion d’échange et de partage qu’insufflent les médias sociaux réduisent la frontière entre fiction et réalité et permet aux téléspectateurs de trouver une forme d’écoute, un lieu d’échange avec d’autres qui partagent une certaine forme de réalité.

Est-ce que les téléspectateurs deviennent alors des téléspectACTEURS?