Métro d'or 2009: Ils ont marqué 2009… pas toujours pour les bonnes raisons!

Après le succès du gala des Métro d’or en 2008, Métro n’avait d’autre choix que de récidiver et de remettre à nouveau ses prix à ceux qui ont marqué, à leur façon, la dernière année. Récession oblige, l’équipe a gratté ses fonds de tiroir pour concocter des prix personnalisés pour chacun. Voici nos gagnants.

La gaffe de l’année
Claude Dubois

Pour un journal, les gaffes, c’est du bonbon. Pour ceux qui les font, c’est une autre paire de manches. Ils devront – eux-mêmes ou leur équipe de relations publiques – tenter de recoller les pots cassés. Cette année, notre trophée est remis au chanteur Claude Dubois, qui a suscité la grogne après avoir exigé le vaccin sans faire la file.

Les finalistes:

  • Marcel Tremblay, qui conseille aux Montréalais de se munir de crampons pour affronter les trottoirs de la ville qui ne sont pas déglacés.
  • Le gouvernement fédéral, qui envoie des housses mortuaires aux autochtones du Manitoba en même temps que des masques et du Purell pour affronter la grippe A (H1N1).
  • Le pape Benoît XVI, qui affirme que le condom augmente le problème du sida en Afrique.
  • La ministre canadienne des Ressources naturelles, qui oublie des documents sur l’énergie atomique dans les studios de CTV.
  • Le premier ministre Stephen Harper, qui décide de se rendre dans un Tim Hortons plutôt que de se présenter à l’Assemblée générale de l’ONU.


Le cadeau empoisonné de l’année

Gérard Deltell

Plusieurs personnes ont hérité cette année de postes peu enviables. Parmi eux, Gérard Deltell aura sans doute l’une des tâches les plus colossales. Après le départ de Mario Dumont, le parti s’est déchiré en élisant Gilles Taillon par deux voix (dont une du Omar Bongo d’Infoman!) devant Éric Caire. Mais son passage n’aura été que de très courte durée. Après son départ (et celui de M. Caire) M. Deltell a maintenant à redresser un navire qui sombre.

Les finalistes:

  • Jacques Martin à la tête du Canadien, l’emploi le plus traître en ville
  • Michael Sabia à la tête de la Caisse de dépôt et placement du Québec


Le prix «Trop de bruit pour rien»

Tiger Woods

Ça se bouscule dans cette catégorie. Chaque année, il y a des tonnes de nouvelles qui font trop souvent les manchettes pour des raisons qui nous échappent. Dans le lot, les déboires conjugaux de Tiger Woods remportent la palme. Un autre trophée pour le meilleur golfeur de la planète…

Les finalistes:

  • La grippe A (H1N1)
  • La controverse entourant la reconstitution de la bataille des plaines d’Abraham
  • La guerre entre les FrancoFolies et le Festival d’été de Québec
  • Balloon Boy (vous savez la montgolfière artisanale dans laquelle un garçon était censément coincé)
  • La mort de Michael Jackson. Essentiel d’en parler, mais autant…?
  • La controverse autour du Moulin à paroles
  • Guy Laliberté dans l’espace


Les gagnants de l’année

Gérald Tremblay et Richard Bergeron

Ils sont ex aequo. Métro a été incapable de trancher. Le premier, Gérald Tremblay, a réussi à s’accrocher à son poste de maire et a été réélu pour un troisième mandat malgré les scandales qui entachaient son administration. Il a même gardé sa majorité au conseil de ville. Le deuxième, Richard Bergeron, demeure à la tête du deuxième groupe d’opposition à l’hôtel de ville, mais il a maintenant 13 autres élus avec lui et siège au comité exécutif. Projet Montréal a aussi remporté deux mairies d’arrondissement.

Les finalistes:

  • Claude Robinson
  • Jacques Demers, élu au Sénat
  • Regis Labeaume, réélu maire de Québec avec 80 % des voix


Le départ de l’année

Benoit Labonté
Bonsoir, il est parti! Nul autre départ n’a été aussi fracassant que celui de Benoit Labonté en 2009. En pleine campagne électorale, Louise Harel perdait son bras droit et potentiel président d’un comité exécutif de Vision Montréal. Quelques heures plus tard, les soupçons éthiques à son endroit devenaient réalité, et la question du financement des partis prenait une  place énorme dans la campagne électorale.

Les finalistes:

  • Monique Jérôme-Forget, la dame de fer de Jean Charest
  • Gilles Taillon


Le couple de l’année

François Bonnardel et Nathalie Normandeau

En 2009, des couples se sont formés, d’autres se sont séparés. Mais un couple a beaucoup fait jaser à Québec, celui de la vice-première ministre libérale, Nathalie Normandeau, et du député adéquiste François Bonnardel.

Les finalistes:

  • Éric et Lola, ce couple mystérieux qui a défrayé la chronique au palais de justice cette année
  • Diane Lemieux et son homme, Gérald Tremblay
  • Éric Lapointe et la sobriété


La citation de l’année

Louise Harel

Ah, les citations de l’année! Aujourd’hui, avec l’information en continu, bien difficile pour les personnalités publiques de s’en sortir si elles disent une bêtise. Quoique parfois, les citations les plus étranges sont totalement assumées. Pour son «It will depending» («Ça va dépendu») lancé lorsqu’on lui a demandé si elle participerait au débat des chefs en anglais, Louise Harel remporte cette année la palme.

Les finalistes:

  • Silvio Berlusconi à L’Aquila après un terrible tremblement de terre : «Il faut prendre ça comme un week-end en camping.»
  • Silvio Berlusconi (bis) sur Barack et Michelle Obama : «Vous ne le croirez pas, mais ils sont deux à être allés à la plage pour prendre le soleil, parce que même sa femme est bronzée!»
  • Silvio Berlusconi (rebis) sur ses fonctions de chef de gouvernement : «J’assume les fonctions de premier ministre avec le sentiment que je fais un sacrifice. Je n’aime pas vraiment ça.»
  • Raël, à la suite de la mort de Michael Jackson : «Michael Jackson était un guide honoraire raëlien et a probablement déjà été cloné.»
  • Sammy Forcillo, alors membre du comité exécutif de la Ville de Montréal, au sujet des débordements d’égouts à la suite de pluies torrentielles :«Je ne contrôle pas le paradis.»


Le héros obscur de l’année

Richard Colvin

Le titre revient à l’homme de l’ombre Richard Colvin qui a été, ces dernières semaines, sous les projecteurs. Le diplomate canadien a alimenté le débat entourant les prisonniers afghans avec ses déclarations au Comité spécial sur la mission afghane. Ses dires confirment que le gouvernement a été prévenu dès 2006 de cas de torture dans les
transferts de prisonniers. M. Colvin aurait été censuré et tenu au silence pendant plusieurs mois et les conservateurs ont décidé de boycotter le comité spécial.

Les finalistes:

  • Les vérificateurs généraux à Montréal, à Québec et à Ottawa
  • Les journalistes qui ont déterré les divers scandales de l’année


    Articles récents du même sujet