Sagesse à Sept-Îles

Je pense que, au XXIe siècle, les médecins, de par leur serment, s’engagent non seulement à soigner les patients individuels, mais aussi à prévenir ce qui peut atteindre toute une population menacée par les effets négatifs d’une intervention représentant des dangers pour la santé.

Je pense aussi que le président de l’Ordre des médecins aurait pu élargir son regard : au lieu de s’empresser de condamner les médecins de Sept-Îles, il aurait pu ou garder le silence ou situer leur geste dans une perspective collective, quitte à soulever certaines questions.

D’autre part, et les médecins et la population de Sept-Îles me semblent faire preuve d’une grande sagesse en ne se laissant pas endormir par le retrait «officiel» du projet d’exploration minière. On sait ce qui est arrivé à Malartic, en Abitibi, dont les citoyens ont été progressivement amenés à accepter que leur petite ville soit coupée en deux par un mur haut de cent mètres au-delà duquel les opérations minières à ciel ouvert causeront des dommages irréparables à l’environnement et aux personnes elles-mêmes, avec la bénédiction des autorités gouvernementales québécoises.

Espérons que, cette fois-ci, à Sept-Îles, la sagesse de la population et le courage de certaines élites l’emporteront sur les projets, communs et intéressés, des «développeurs» et du gouvernement.
Normand Breault, Montréal

Articles récents du même sujet