Une difficile réorganisation pour Médecins sans frontières

Médecins sans frontières (MSF), qui compte 800 employés en Haïti, a indiqué aujourd’hui que la grande majorité de ses infrastructures avaient été réduites en poussière ou n’étaient désormais plus sécuritaires.

Dépourvue d’installations aseptisées pouvant accueillir des chirurgies, l’organisation était contrainte d’offrir uniquement des soins d’urgence. «Nous avons transféré nos opérations dans des installations temporaires dans lesquelles des centaines de blessés se sont déjà rendus, a précisé Frédéric Sanchez, conseiller aux opérations de MSF. Nous en sommes à chercher des structures qui pourraient nous accueillir et des lieux où nous pourrions installer notre hôpital gonflable, qui compte deux salles d’opération climatisées et 100 lits.»

«La situation est chaotique, a ajouté Stefano Zannini, de MSF. J’ai vu un nombre choquant de cadavres. Certaines parties de la ville n’ont plus d’électricité et les habitants se sont regroupés à l’extérieur, allumant des feux dans la rue et essayant de se réconforter les uns les autres.»

Une équipe de 70 personnes de MSF s’apprête à rejoindre le personnel déjà sur place afin de prêter main forte aux secouristes.

Une semaine de matériel

Médecins sans frontières peut compter sur des réserves de matériel médical qui auraient normalement suffit pour trois mois. Compte tenu de l’ampleur de la catastrophe, Frédéric Sanchez croit toutefois que ces réserves seront épuisées en une semaine.

Articles récents du même sujet