Un créateur s'éteint

Un des plus grands cinéastes est disparu, hélas. Pourtant, le talent particulier d’Éric Rohmer était de nous faire oublier le cinéma. Paradoxal?

Lui qui connaissait dans ses moindres détails la grammaire cinématographique en faisait peu de cas. Ce créateur discret, subtil et exigeant, s’interrogeait sur les relations humaines à travers des histoires simples et une mise en scène sans esbroufe, à mille lieues des clichés hollywoodiens.

À ce titre, Ma nuit chez Maud et le rayon vert, par exemple, resteront des chefs-d’Å“uvre intemporels. Des réalisateurs comme Christian Vincent et Emmanuel Mouret lui sont redevables. Et nous aussi, car Rohmer nous aura appris, en outre, à ne pas confondre morale et moralisme.

Denis Desjardins, Montréal

Articles récents du même sujet