Non au corridor Dalhousie

Ce texte est en réaction à la position d’Isabelle Hudon sur le corridor Dalhousie dans le projet de réaménagement de l’autoroute Bonaventure.

Manque d’information, manque d’écoute et intransigeance. Intérêts corporatifs au détriment des citoyens?

Isabelle Hudon, présidente de la Société du Havre de Montréal (SHM), nous dit que «le corridor Dalhousie n’est pas négociable», mais elle ne nous explique pas pourquoi c’est une bonne idée ni pourquoi c’est nécessaire.

Mme Hudon affirme que le choix de la rue Dalhousie pour le corridor s’est fait après que «nous avons étudié pendant deux ans sept tracés», mais est-ce qu’ils ont étudié la possibilité de ne pas avoir de corridor d’autobus? Est-ce qu’ils ont pensé aux autres options? Voilà le vrai manque d’imagination. Un corridor d’autobus, même le plus beau au monde, restera toujours un corridor d’autobus. Cela veut dire une rue très engorgée aux heures de pointe, quasi abandonnée, sans circulation à d’autres moments. Honnêtement, qui voudrait de cela dans son quartier?

On nous dit qu’il va y avoir 1 908 déplacements d’autobus par jour qui feront le long trajet du pont Champlain et de l’autoroute Bonaventure avant même de se rendre au corridor d’autobus. Je crois fermement dans la promotion du transport en commun, et je pense que des trains, des tramways ou des métros de surface, électriques, passant sur le pont Victoria seraient une meilleure solution. Compte tenu de l’argent économisé en utilisant les infrastructures existantes, un accord pourrait certainement être conclu avec le CN.

Et si ça prend un peu plus de temps pour arriver à une meilleure solution, est-ce si grave? En caractères gras dans l’article, on nous dit que «selon les estimations de la Société du Havre, chaque année de retard fera gonfler la facture du projet de quelque 20 %», mais on ne nous explique pas sur quoi est basé ce calcul. Sans aucun doute, en éliminant le corridor d’autobus, on économiserait de l’argent. Entre-temps, le boulevard urbain Bonaventure, tel que prévu dans le projet du SHM, pourrait avoir des voies réservées pour les autobus, comme on le fait déjà sur plusieurs boulevards existants. En plus, cela contribuerait à réduire la circulation qui rentre au centre-ville, avec toute la pollution que cela entraîne.    

Peter King, Pointe-Saint-Charles

Articles récents du même sujet