De la solidarité régionale

Si le recteur Vaillancourt de l’Université du Québec en Outaouais (UQO) a le droit strict de résider en Ontario et d’y payer son impôt, il reste que ce comportement n’a rien de glorieux.

Que 60 000 personnes traversent les ponts de l’Outaouais chaque jour ouvrable est une chose. Vous ne trouverez pas parmi ces gens un chef des pompiers, des édiles municipaux, le recteur de Carleton ou celui de l’UO, ou un cadre de la ville d’Ottawa, aussi légal que cela soit.

Nous avons ici l’antithèse du «plaidoyer pour une économie solidaire» que présentait Claude Béland à la Maison du Citoyen de Gatineau ce mercredi.

Notre université est aux  mains d’un mécène qui aurait choisi de refaire l’Université du Québec à l’image de l’Ottawa University. Pas étonnant que Jean Charest ait confirmé le renouvellement de son mandat.

Une maison d’éducation comme l’UQO mérite mieux en matière de leadership.

La région aimerait sans doute entendre parler de son université pour d’autres raisons que sa bilinguisation à outrance et l’éthique de sa direction. Disait Gilles Proulx : Lord Durham is alive, et j’ajoute : and lives in Ottawa.

Gérard Laurin, Gatineau

Articles récents du même sujet