Gracieuseté Les huit candidats aux élections partielles de Verdun.

La campagne électorale tire à sa fin et nous saurons lundi lequel des huit candidats aux élections partielles de Verdun représentera la circonscription à l’Assemblée nationale. Voici une brève présentation des candidats et des enjeux.

C’est Ginette Marotte, ancienne conseillère d’arrondissement et mairesse par intérim de Verdun, qui se lance avec la Coalition Avenir Québec.

Les principaux axes de sa campagne ont été le crédit d’impôt de 1000$ aux familles, les conditions de vie des aînés dans les Centre d’hébergement de longue durée (CHSLD) et la création d’un lien voué au transport actif et aux véhicules d’urgence entre la terre ferme et L’Île-des-Sœurs.

Une militante des premières heures de Québec solidaire, Véronique Martineau, porte les couleurs de la formation.

Résidente de la 5e Avenue et intervenante au Centre des femmes de Verdun, elle a basé sa campagne sur l’augmentation du salaire minimum à 15$/heure. Très près du milieu communautaire, elle a également présenté des mesures économiques pour venir en aide aux petites et moyennes entreprises et aux commerçants locaux.

Les libéraux ont quant à eux jeté leur dévolu sur Isabelle Melançon, une militante de longue date. L’ancienne directrice de la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) a également été chef de cabinet aux ministères de la Culture et de l’Enseignement supérieur.

Son programme s’articule autour de diverses mesures concrètes, dont certaines plutôt progressistes comme le logement communautaire ou la mise en place d’une navette électrique à L’Île-des-Soeurs.

Le propriétaire de la boulangerie Aux purs délices, Richard Langlais, brigue le poste de député pour le Parti québécois. Commerçant impliqué dans la communauté et membre du Club Richelieu, il est également l’instigateur des «muffins de la Saint-Valentin».

M. Langlais mise sur sa notoriété locale et sur sa connaissance des enjeux locaux. Il s’est entre autres engagé s’il est élu à créer une fondation pour favoriser l’éducation chez les jeunes.

David Cox, candidat pour le Parti Vert du Québec, revendique entre autres la gratuité du transport en commun, la protection des eaux du fleuve, l’annulation du projet d’oléoduc Énergie.

Frédéric Dénommé, militant du Parti québécois déçu par la nomination de Jean-François Lisée comme chef, a choisi de joindre les rangs d’Option nationale et de se présenter comme candidat. Son programme est axé sur l’atteinte de l’indépendance du Québec.

Deux autres candidats, David Girard et Sébastien Poirier, représentent respectivement le Parti conservateur du Québec et l’Équipe autonomiste, deux partis optant pour une politique économique libertarienne et une diminution des interventions de l’État. Les autonomistes se distinguent toutefois avec l’ajout d’un volet très identitaire voulant limiter l’immigration.

Nos questions
À chaque semaine durant la campagne, nous avons posé une question sur un enjeu local et concret aux six principaux candidats.

Au sujet de l’unité entre l’île et la terre ferme, les candidats ont presque tous évoqué la défense d’enjeux qui touchent les deux rives.

L’augmentation de l’offre de services des transports en commun a également fait l’unanimité lorsqu’il a été question des problèmes de circulation et de l’enclavement de Verdun, comme de L’Île-des-Sœurs. D’autres solutions plus spécifiques ont toutefois été présentées par chacun d’eux.

Leurs solutions pour faciliter et améliorer l’accès aux berges du fleuve ont été beaucoup plus variées, allant de questions environnementales à l’éducation des enfants et à l’implication des différents paliers de gouvernement concernés.

Pour régler le problème de surpopulation des écoles primaires, tous se sont entendus pour dire que les commissions scolaires francophones et anglophones devaient s’entendre sur le partage de locaux, mais chacun a proposé des façons différentes d’arriver à cette médiation.

L’enjeu le plus important pour chacun d’eux reste d’inciter les gens à aller voter et à faire entendre leur voix lundi.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!