Actualités

Nouveau commandant pour le PDQ 8 de Lachine

Nouveau commandant pour le PDQ 8 de Lachine
Photo: Messager Lachine & Dorval – Olivier Croteau

Un nouveau commandant est entré en fonction au poste de quartier (PDQ) 8 de Lachine en janvier. Claude Paradis, policier du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) depuis 28 ans, compte mettre à profit son expérience pour le bien de la communauté lachinoise.

Q: Qu’est-ce que ça représente pour vous d’être muté à Lachine?

R: C’est un retour aux sources. J’ai grandi à Lachine. Je suis content de venir travailler pour la population. L’arrondissement et les organismes ont beaucoup donné, et au point où j’en suis dans ma carrière, j’aimerais pouvoir redonner à mon tour à ma façon.

Q: Parlez-moi de votre parcours professionnel.

R: Je vais bientôt commencer ma vingt-neuvième année de service. J’ai débuté comme patrouilleur au poste 23, à Saint-Henri-Westmount. Je suis ensuite allé à LaSalle, à Mercier-Hochelaga et Centre-Sud. J’ai passé 11 ans sur la patrouille et 13 ans comme superviseur, dont la majorité du temps à Montréal-Nord. On m’a nommé commandant au projet M-IRIS en 2016, puis de septembre 2017 à janvier 2019 je suis allé à l’aéroport comme commandant pour l’unité aéroportuaire du SPVM (PDQ 55).

Q: Dites-moi ce qui vous a motivé à devenir policier.

R: À la base, je voulais devenir journaliste sportif (rires). Mais je me suis rendu compte qu’en tant que policier, il y avait une multitude de tâches à accomplir pour venir en aide aux citoyens. Que ce soit de combattre le crime ou de résoudre des problèmes. Les policiers sont là pour aider et j’étais vraiment à l’aise là-dedans. C’est l’implication citoyenne que j’aimais.

Q: Quelles sont vos premières impressions par rapport à l’arrondissement?

R: La criminalité est locale à Lachine. Elle est commise par des gens qui résident dans le secteur. J’ai aussi réalisé qu’il y a une très bonne implication de la part des policiers. Ils ont vraiment à cœur de donner un bon service et s’engagent résoudre les problèmes de façon proactive.

Q: Quelle est votre vision du rôle policier?

R: Notre mission première est de sensibiliser les gens, que ce soit en matière de vol ou bien de fraude, par exemple. Nous travaillons en intervention avec les écoles pour outiller les jeunes. Il s’agit de s’assurer que les gens vivent dans un environnement sécuritaire. Pour cela, nous devons être présents au sein de la communauté.

Q: Quel sera votre défi pour l’arrondissement?

R: Il est peut-être encore un peu trop tôt pour me prononcer, mais il est certain que je souhaite assurer une bonne fluidité au niveau de la circulation. Avec les travaux un peu partout et les automobilistes qui bifurquent à travers l’arrondissement, il faut s’assurer que les gens puissent circuler de façon convenable. Nous allons traiter les plaintes de façon rapide.

Q: Avez-vous un bon pressentiment pour ce que vous réserve l’avenir à Lachine?

R: J’ai entièrement confiance en mon équipe et je vais m’appuyer sur elle pour continuer le bon travail accompli. Ce que j’ai réalisé, c’est qu’avec une bonne équipe autour de soi, tout est possible. Peu importe ce qu’on nous demande de faire, je sais que nous serons prêts pour relever le défi.

Implications

Le commandant Paradis a participé à l’implantation des modules d’actions par projet (MAP) en 2007 et a coordonné l’équipe des coachs lors du déploiement de M-IRIS, le système de rapports informatisés, de 2009 à 2012. Il a également agi à titre de coordonnateur pour le Défi de l’ours polaire au cours des trois dernières années.

Après l’obtention d’un certificat en relations industrielles de l’Université de Montréal (UdeM), il poursuit toujours des études dans le but d’obtenir une maîtrise en gestion, volet sécurité publique de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR).