Actualités

Financement du tramway de Québec: Montréal refuse de contribuer

Financement du tramway de Québec: Montréal refuse de contribuer
Photo: Paul Chiasson/La Presse canadienneLa mairesse de Montréal, Valérie Plante.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, rejette la possibilité de «laisser aller» au financement du réseau structurant de Québec des sommes du gouvernement fédéral qui «reviennent de droit» à la métropole.

«Vous comprendrez que les projets ici sont nombreux. Les besoins sont réels et j’ai bien l’intention d’utiliser toutes les sommes financières nécessaires pour faire aller de l’avant tous les projets dont nous avons besoin. Parce que la métropole roule, mais elle a besoin de rouler encore plus vite», a déclaré Mme Plante mardi matin pendant la reprise des travaux de la séance du conseil municipal. 

La mairesse de Montréal réagissait à une question du chef d’Ensemble Montréal, Lionel Perez. Ce dernier a fait référence mardi à un récent article du Journal de Québec dans lequel Ottawa «a laissé entendre la possibilité de priver Montréal de certaines sommes en mobilité pour pouvoir financer le projet de Québec», estimé à quelque 3,3 G$. 

«Ce n’est pas à Montréal de payer le prix, donc je demande à la mairesse d’affirmer haut et fort qu’elle ne va pas abandonner des fonds qui sont dus à Montréal.» -Lionel Perez, chef d’Ensemble Montréal

«Les fonds sont nécessaires»
Actuellement, quelque 800 M$ sont manquants pour que la contribution d’Ottawa au financement du futur réseau structurant, qui comprendra entre autres des circuits de tramway et de trambus, puisse atteindre la somme de 1,2 G$ espérée de sa part par la Ville de Québec.

En tout, le montant disponible dans le Programme fédéral des infrastructures pour le financement du transport en commun dans l’ensemble de la province s’élève à près de 5,2 G$ sur 10 ans.

«Si le gouvernement du Québec décidait d’utiliser les fonds du programme fédéral» pour le financement du projet de la Ville de Québec, «il faudrait que Montréal soit d’accord de laisser aller ces sommes», a insisté la mairesse.

Mme Plante a d’ailleurs affirmé que la somme prévue au programme fédéral «revient de droit à Montréal», car la distribution de celle-ci se base sur la densité et l’achalandage. «Nous cadrons dans ces critères-là», a-t-elle noté.

Parmi les projets de transport en commun en cours à Montréal, il y a notamment le prolongement de la ligne bleue du réseau du métro jusqu’à Anjou d’ici 2026 ainsi que la mise en place d’un système rapide par bus sur le boulevard Pie-IX, prévue pour 2022.

«Sans l’accord de Montréal, ces fonds ne peuvent pas être transférés de n’importe quelle autre manière, a martelé Valérie Plante. On veut bien qu’il y ait d’autres projets de transport en commun dans la province. Il en faut partout. Mais il n’en demeure pas moins qu’à Montréal, les fonds sont nécessaires et nous allons continuer à militer pour faire en sorte que ces fonds restent à Montréal.»

Métro rapporte d’ailleurs mardi que le directeur du bureau de projet de la ligne rose du métro, David Therrien, entend convaincre Québec de financer la réalisation d’un dossier d’opportunité sur ce projet cher à Projet Montréal.