Actualités
16:30 27 mai 2019 | mise à jour le: 27 mai 2019 à 16:36 temps de lecture: 3 minutes

Pour réussir son «virage vert», la CAQ doit investir en mobilité, dit Valérie Plante

Pour réussir son «virage vert», la CAQ doit investir en mobilité, dit Valérie Plante
Photo: Josie Desmarais/MétroLa mairesse de Montréal Valérie Plante et la conseillère Marianne Giguère, en marge du lancement du Réseau Express Vélo (REV) lundi.

Si elle dit croire «au virage vert» devenu «nécessaire» de la Coalition avenir Québec (CAQ), la mairesse de Montréal Valérie Plante a appelé lundi le gouvernement à inverser la pyramide des investissements en transport collectif, au lendemain de la clôture de son conseil général qui avait pour principale thématique l’environnement.

«Dans le dernier budget, c’est essentiellement le système autoroutier qui a eu des investissements, contrairement au transport collectif. J’insiste beaucoup: réduire les GES, ça passe par les transports collectifs», a-t-elle laissé tomber en mêlée de presse, se disant toutefois «confiante» de pouvoir travailler avec «l’ensemble des ministres» pour faire avancer ce genre de dossiers.

Dimanche, M. Legault a parlé de plusieurs chantiers de transport collectif comme le Réseau express métropolitain (REM), le prolongement de la ligne bleue et la construction d’un tramway dans l’est de Montréal, mais s’est fait quasi-muet sur la ligne rose de Projet Montréal.

Appelée à réagir sur l’absence de son projet-phare dans le débat, Mme Plante a affirmé que la CAQ «est attachée à ce qu’elle a promis» dans son plan de décongestion.

«Mon rôle comme mairesse, c’est de dire que ce plan-là est un bon plan, mais que peut-être il y a un élément qu’on n’a pas vu, qu’on n’a pas évalué: la ligne orange. Tout projet de transport est bien, mais tant et aussi longtemps qu’on ne s’occupe pas du cœur du réseau, ça ne tient pas la route.» -Valérie Plante, mairesse de Montréal

Mandatée la semaine dernière pour étudier la congestion de la ligne orange avec un soutien provincial de 5 M$, l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) aura un verdict sans équivoque, dit Valérie Plante : la congestion est grandissante dans le réseau de métro, qui arrive à un point de saturation.

«À Toronto, ils ont dû construire une autre ligne de métro à cause de ça et on négocie avec la même situation», a-t-elle analysé, soulignant que «les données probantes parleront d’elles-mêmes» à Montréal.

Dimanche, François Legault s’est engagé à ce que tous les trains ou bus qu’achètera dorénavant le gouvernement soient électriques et principalement construits au Québec, ce qui aura selon lui pour effet de réduire la dépendance de la province au pétrole.

Secteurs inondés pas désignés
Lundi, la publication d’un reportage du Bureau d’enquête du Journal de Montréal, démontrant qu’au moins trois villes ont réduit la taille des zones inondables de secteurs ayant été inondé ce printemps, a fait beaucoup de bruit chez les élus.

La mairesse Plante a de son côté appelé les municipalités du Grand Montréal à unir leurs forces avant se diviser en matière d’inondations.

«Pour moi, ça réaffirme l’importance que la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) fasse une analyse des cartographies en utilisant les mêmes outils, a-t-elle dit. Il faut s’assurer qu’on n’ait pas différentes municipalités qui utilisent telle technique ou telle façon. Non, on veut avoir la même information pour dire ensuite à la population quelle est la situation.»

Articles similaires