Actualités

Québec offre une aide d’urgence de 1,5 M$ à Haïti

Un séisme d'une magnitude de 7,2 sur l'échelle de Richter à éclaté en Haïti, samedi. Photo: Richard Pierrin/Getty Images

Secoué par un violent séisme samedi, Haïti recevra une aide financière d’urgence de 1,5 M$ de la part du Québec. Ce soutien permettra d’abord de fournir des biens de première nécessité, comme de l’eau, des médicaments et du matériel médical.

Un appel d’offres sera ensuite lancé aux organismes de coopération internationale du Québec œuvrant à Haïti.

«Je suis très préoccupé par la situation dramatique engendrée par cette catastrophe pour la population haïtienne, particulièrement en ce qui a trait aux soins de santé qui doivent être fournis, et ce, de manière urgente, dans des conditions très difficiles», a réagi le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant.

«C’est pourquoi nous avons pour priorité de fournir le plus rapidement possible du matériel médical essentiel dans de telles circonstances, afin qu’il soit acheminé vers les personnes qui en ont le plus besoin et les personnes les plus vulnérables», poursuit-il.

Tragédie nationale

Plus de 1400 morts et 7000 blessés ont été causés par le tremblement de terre. Au total, ce sont plus de 60 000 Haïtiens qui ont été affectés par des bris matériel, comme la destruction d’une maison.

«En ces moments difficiles, nos pensées vont aux familles et aux proches des défunts, des disparus et des blessés, ainsi qu’aux sinistrés, a exprimé la ministre des Relations internationales Nadine Girault. Des liens étroits unissent le Québec et Haïti depuis longtemps, notamment par notre appartenance à la Francophonie et par la grande communauté haïtienne présente au Québec.»

Depuis 1996, près de 200 initiatives d’aide en Haïti ont été financés par le Québec, totalisant plus de 20,5 M$.

La communauté haïtienne de Montréal dévastée

La communauté haïtienne de Montréal est déjà mobilisée pour que de l’aide soit apportée au pays. Rappelons que le drame s’ajoute à l’assassinat du président Jovenel Moïse, annoncé il y a un mois.

«Ça n’arrête pas. […] J’ai été figée en apprenant la nouvelle», a laissé tomber Ruth Pierre-Paul, directrice du Bureau de la communauté haïtienne de Montréal (BCHM).

Encore une fois, la communauté se retrouve face à l’inconnu, avec des informations qui arrivent au compte-gouttes. 

«Je me sens extrêmement impuissante, les gens n’ont plus de maison, n’ont plus rien, d’autant plus que l’aide s’est arrêtée à cause du mauvais temps. Port-au-Prince est déjà dévastée», a déclaré Marjorie Villefranche, directrice générale de la Maison d’Haïti de Montréal, quelques jours après le séisme.

Le député de Viau, Frantz Benjamin, s’est dit quant à lui «très perturbé» par rapport au bilan qui continue d’augmenter. Avec des organismes et d’associations de la communauté, il a pris l’initiative de mettre en place une cellule de crise pour que l’aide d’urgence s’organise.

Ceux qui désirent faire un don doivent le faire auprès des organismes identifiés: la Croix-Rouge, Médecins du monde et Médecins sans frontières.

«Ce sont eux qui ont la logistique pour arriver par avion, par hélicoptère, déployer des cliniques mobiles », explique Mme Villefranche. «La communauté ne veut pas que l’aide soit désorganisée», martèle de son côté Mme Pierre-Paul.

Une ligne téléphonique sera mise en place dans les prochains jours pour répondre aux gens qui ont besoin d’aide et de soutien.

Avec la collaboration d’Anouk Lebel

Articles récents du même sujet