Montréal
19:39 29 mars 2017 | mise à jour le: 29 mars 2017 à 20:05 temps de lecture: 3 minutes

Des toitures végétalisées réclamées à Montréal

Des toitures végétalisées réclamées à Montréal
Photo: Archives TC MediaL'arrondissement de Saint-Léonard est en train de modifier son règlement de zonage afin d'y inclure les toitures végétalisées.

Un groupe d’élus montréalais souhaite la mise en place de toitures végétalisées sur les nouveaux bâtiments résidentiels et publics de tous les arrondissements.

Il s’agit d’une des 46 mesures proposées mercredi soir par la Commission permanente sur le développement durable siégeant à l’hôtel de ville, qui seront ensuite étudiées par le prochain conseil municipal.

«Montréal est déjà un leader en matière environnementale, mais on peut aller encore plus loin. On a des objectifs ambitieux», a clamé Elsie Lefebvre, présidente de ce groupe réunissant 11 élus.

Afin de lutter contre les îlots de chaleur, «véritable fléau» selon la conseillère de Villeray, ce rapport recommande l’installation de toiture végétalisée pour tout nouveau projet de construction résidentiel, commercial et institutionnel de plus de 2000 m2, tels les centres d’achats, ou de 6 étages et plus.

Plus d’arbres dans les stationnements
Pour montrer l’exemple, «l’implantation systématique» de telles toitures est réclamée sur les nouveaux bâtiments municipaux «ou, quand cela est possible, sur les bâtiments existants», comme les bibliothèques ou les mairies d’arrondissement.

Ces élus demandent aussi aux arrondissements de revoir à la hausse l’implantation d’arbres sur les terrains privés et publics, particulièrement les surfaces destinées au stationnement, mais aussi la mise en place automatique d’une membrane blanche sur chaque nouvelle toiture construite ou rénovée afin de limiter les effets de la chaleur.

«Ces mesures auront un impact considérable», croit la présidente de cette commission qui avait déjà poussé au bannissement des sacs de plastique sur le territoire montréalais. Cette mesure sera quant à elle appliquée dès le 1er janvier 2018.

Un règlement commun souhaité
Autre recommandation phare de cette commission: une demande faite à la Ville pour «évaluer l’opportunité d’éliminer les systèmes de chauffage au mazout». Les élus proposent l’interdiction de tels systèmes dans les nouveaux bâtiments et le retrait progressif, avec l’appui de Québec, de systèmes déjà existants.

«Ce serait une mesure très symbolique, mais l’utilisation du mazout est négligeable», relativise le conseiller municipal Sylvain Ouellet, membre de cette commission. Ce dernier s’appuie sur des données de la Ville montrant une baisse de 72%, de 1990 à 2013, de l’utilisation du fioul dans le secteur résidentiel.

La commission réclame également l’aménagement obligatoire d’espaces d’entreposage pour les matières recyclables, organiques et les ordures ménagères dans les bâtiments neufs, l’installation dans ceux-ci de stationnements réservés aux vélos ou encore de câblage et de postes électriques pour les véhicules électriques.

Pour une pleine efficacité, un cadre commun municipal est souhaité. «Tous les arrondissements n’ont pas les mêmes critères pour le développement durable, regrette Elsie Lefebvre (Coalition Montréal). Il faut un règlement cohérent, qui permettra aux citoyens et promoteurs une meilleure compréhension.»

Si ces recommandations sont approuvées par le conseil municipal le mois prochain, le comité exécutif de la Ville aura ensuite six mois pour donner sa réponse.