Montréal

Les Montréalais de plus en plus insatisfaits de l’entretien des routes

Le tunnel Louis-Hippolyte Photo: Archives TC Media

Les Montréalais ont revu à la baisse leur satisfaction quant à l’entretien routier mais aussi la circulation, les transports et le déneigement ces deux dernières années, révèle un sondage dévoilé mercredi par la Ville.

Globalement, les chiffres ne sont guère en faveur de l’administration municipale du maire Denis Coderre, élue en novembre 2013. Seulement 56% des Montréalais se montrent satisfaits de l’entretien routier. Un chiffre en baisse de 5 points par rapport au dernier sondage réalisé durant l’automne 2014.

Une diminution de 6 points (69% contre 75%) a également été constatée en ce qui concerne la circulation et les transports.

Interrogés eux-aussi, les gestionnaires d’entreprises montréalaises se montrent encore plus durs avec un taux de satisfaction limité à 37% pour la circulation et les transports (50% en 2014) et à 32% pour l’entretien des routes (46%).

Le taux de satisfaction autour des services de déneigement a lui aussi chuté, passant de 81% à 76% chez les citoyens, et de 71% à 67% pour les entreprises.

«Une gifle» pour Denis Coderre
Reconnaissant «un message envoyé» par les citoyens, le président du comité exécutif, Pierre Desrochers, a préféré évoquer «un bulletin satisfaisant avec des efforts à faire». En l’absence du maire Denis Coderre lors de cette présentation, l’élu d’Ahuntsic-Cartierville a tenu à mettre en avant l’augmentation de la perception des services reçus par rapport aux taxes payés (60%, +8 points).

«On a une administration très proche des citoyens, a précisé M. Desrochers. On est conscient qu’il y a des choses sur lesquels nous devons travailler.»

L’opposition officielle y voit plutôt «une gifle» pour le maire Coderre. «Il doit arrêter de dire que tout va bien depuis son arrivée. Ce n’est pas le monde des Calinours qu’il aimerait nous faire croire, a estimé Valérie Plante, chef de Projet Montréal. Le maire doit être connecté à la réalité et faire les ajustements que demandent les Montréalais.»

«On a les défauts de nos qualités, a quant à lui soutenu Pierre Desrochers. On a investi beaucoup dans l’entretien de nos rues. Il y avait la nécessité de faire ces travaux. Mais on n’arrêtera pas d’investir, ce serait irresponsable.»

Un plan en 13 chantiers
Afin d’améliorer ces chiffres, la Ville a dévoilé un plan de 13 chantiers «pour simplifier la vie des Montréalais», a expliqué son directeur général, Alain Marcoux.

Prioritairement, l’administration compte lutter contre les nids-de-poule avec l’acquisition en juin de quatre nouveaux appareils et prévoit investir 292M$ cette année (contre 153M$ en 2016) pour retaper les chaussées de la métropole.

Une simplification de la signalisation est également prévue, tout comme la mise une place d’un stationnement intelligent au centre-ville ainsi qu’une harmonisation des heures d’ouverture des différents bureaux d’arrondissement.

Au total, la firme Léger a questionné 7614 Montréalais du 6 au 20 octobre 2016, soit environ 400 par arrondissement – du 6 au 20 octobre 2016. L’institut de sondage a également demandé l’avis de 800 entreprises du 12 au 24 novembre dernier. La marge d’erreur globale est estimée à 1,1%.

Articles récents du même sujet