Montréal

Ligne bleue: plus de 300 M$ pour les expropriations

Ligne bleue: plus de 300 M$ pour les expropriations
Photo: Paul Chiasson / La Presse CanadiennePaul Chiasson / La Presse Canadienne

Les autorités gouvernementales devront débourser 302 M$ pour acquérir les terrains nécessaires à la construction du prolongement de la ligne bleue, révèlent des documents de la Société de transport de Montréal (STM) rendus public mardi.

Le comité exécutif de la Ville de Montréal adoptera mercredi un règlement d’emprunt de 364 M$ pour la STM, afin de réaliser le projet de la ligne bleue.

Selon les prévisions de la société de transports, 302 de ces 364 M$ seront consacrés uniquement à l’acquisition de terrains le long du tracé. Plusieurs expropriations sont nécessaires notamment pour construire les édicules des cinq futures stations.

La préparation des plans et devis pour les équipements du métro coûtera quant à elle 18 M$. Le contrat de conception, construction et financement est chiffré de son côté à quelque 17 M$.

Un montant de 10 M$ servira à l’établissement du bureau de projets. Tous ces montants permettront de réaliser la phase 1 du prolongement de la ligne bleue jusqu’à Anjou, mais pas la construction des cinq nouvelles stations.

Un peu plus de 3 M$ sont toutefois prévus pour la mise en œuvre du tunnel piétonnier qui reliera la future station de métro sise à l’angle de la rue Jean-Talon et du boulevard Pie-IX avec la station de Service rapide par bus (SRB).

Le 9 avril dernier, les gouvernements fédéral et provincial avaient annoncé des investissement de 362 M$ pour lancer la phase 1 du prolongement de la ligne bleue. Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, avait alors dit que ces cinq stations verraient le jour «sans l’ombre d’un doute».

Le coût total du projet est évalué à 3,9 G$.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *