Montréal

La Ville rapatrie et remplace Stationnement de Montréal par une Agence de mobilité durable

La Ville rapatrie et remplace Stationnement de Montréal par une Agence de mobilité durable
Photo: Josie Desmarais/MétroLes parcomètres sont utilisés par des milliers de Montréalais chaque mois.

La Ville de Montréal modifiera la mission de Stationnement de Montréal pour en faire  l’Agence de mobilité durable, a annoncé mercredi l’administration Plante.

«En créant cette nouvelle agence de mobilité durable, nous nous dotons d’un outil extraordinaire afin de pousser encore plus loin notre réflexion sur la gestion de l’offre en matière de stationnement et de transport», a déclaré le responsable du comité exécutif, Benoit Dorais.

Stationnement de Montréal, qui était jusqu’ici sous la houlette de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM), deviendra une société paramunicipale (comme la Sociéte du parc Jean-Drapeau). La nouvelle agence, qui récupèrera les employés de Stationnement Montréal, entrera en fonction début 2019. En vertu d’une entente contractuelle la Ville compensera la Chambre de commerce de près de 400 000$.

En entrevue le président de la CCMM, Michel Leblanc, s’est déclaré très fier de la «saine gouvernance effectuée pendant 24 ans». Il a mentionné que son organisation était en faveur de ce transfert afin de clarifier auprès du grand public les responsabilités en matière de stationnement. «La Chambre n’a jamais eu de responsabilité sur les tarifs ou dans l’émission des contraventions», a-t-il souligné.

Outre le stationnement, l’agence sera aussi responsable du déploiement des bornes de recharge pour les voitures électriques ainsi que de l’octroi des permis de stationnement pour le réseau d’auto-partage, a résumé l’élu responsable des transports, Eric Alan Caldwell. La Ville pourra aussi aller de l’avant avec la tarification modulée du stationnement afin de réduire les tarifs aux heures creuses et de les augmenter quand la demande est forte.

L’agence aura la capacité de signer des partenariats avec les sociétés de stationnements souterrains, souvent inutilisés, afin d’offrir une grille tarifaire intégrée aux automobilistes et ainsi libérer la pression sur les stationnements sur rue pour amorcer une reconquête de l’espace public.

Selon Aref Salem, élu de l’opposition et ancien responsable des transports au sein de l’administration Coderre, l’annonce de mercredi sent le réchauffé. «Dans notre politique de stationnement de 2016, on prônait déjà le rapatriement et la création d’une telle agence, mais comme la Loi sur le statut de métropole n’a été votée que deux mois avant les élections, on n’a pas pu aller de l’avant», a souligné M. Salem. Il précise que l’agence voulue par l’administration Coderre aurait eu bien plus de pouvoir puisqu’elle aurait réuni tous les partenaires privés et publics de la mobilité à Montréal autour d’une même table.

Montréal figure en 36e position dans le classement des 100 villes les plus efficaces en mobilité durable sur la planète, . Elle est loin de Paris (3e) ou de New-York (23e), mais elle figure devant Chicago (49e) ou Toronto (54e).

Parmi les 23 indicateurs évalués par de la firme néerlandaise Arcadis, on retrouve notamment l’ampleur de l’offre de service, l’accessibilité universelle du transport en commun, la taille d’éventuel réseau d’auto et vélopartage, de même que le pourcentage du budget municipal dédié au transport collectif, le coût du transport sur le budget des ménages ou le temps passé dans les transport pour aller travailler.

Plus de détails suivront.