Montréal

Les contrats de la Commission scolaire English-Montréal sous la loupe de Québec

Les contrats de la Commission scolaire English-Montréal sous la loupe de Québec
Photo by: Jacques Boissinot/La Presse canadienne

Québec vérifiera le processus d’octroi des contrats de la Commission scolaire English-Montréal (CSEM).

C’est le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, qui en a fait l’annonce mercredi par voie de communiqué.

«[Le gouvernement] veut faire preuve de transparence et d’honnêteté et, au nom de la population qu’il sert, s’assurer de son intégrité administrative, a-t-il indiqué. En conséquence, il se doit de déployer les efforts et les ressources nécessaires pour remédier à tout écart et de redresser ainsi les situations particulières.»

Cette vérification, lancée en vertu de la Loi sur les contrats des organismes publics, s’ajoute à l’enquête sur l’administration et la gouvernance demandée la semaine dernière par le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge. Ce dernier avait alors indiqué avoir eu vent du climat malsain du conseil des commissaires de la CSEM et des irrégularité dans les programmes de formation professionnelle. Des partenariats avaient par ailleurs été convenus avec des organisations qui ne sont pas reconnues par le gouvernement du Québec, selon le ministre.

D’après le quotidien La Presse, des contrats de plus de 100 000$ auraient été octroyés sans appel d’offres et des extras auraient été alloués sans explication.

«Il est hors de question pour moi ou pour notre gouvernement de fermer les yeux sur des situations qui peuvent porter atteinte à la qualité des services offerts», avait dit M. Roberge, lançant du même coup au gouvernement précédent.

La CSEM avait indiqué qu’elle collaborerait dans l’enquête avec le ministre.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *