Montréal
10:12 31 mars 2019 | mise à jour le: 31 mars 2019 à 14:03 temps de lecture: 3 minutes

Allégations de harcèlement: l’Université Concordia renforce sa sécurité

Allégations de harcèlement: l’Université Concordia renforce sa sécurité
Photo: Mario Beauregard/MétroL'Université Concordia

L’Université Concordia a annoncé samedi avoir renforcé ses mesures de sécurité après «qu’un certain nombre d’étudiantes» ont été approchées par des «étrangers» insistant pour les inviter à l’extérieur du campus.

Dans une publication Instagram qui a été vue des dizaines de milliers de fois depuis hier, Lisa Komlos raconte avoir été abordée par un «homme dans la vingtaine» alors qu’elle marchait pour se rendre à sa résidence.

«Il a commencé avec des compliments, puis il s’est mis à me poser des questions personnelles […] Il voulait que je sois seule avec lui, que je quitte le campus avec lui», relate-t-elle dans une vidéo d’un peu moins de 4 minutes qui fait beaucoup réagir les internautes. Elle ajoute que le jeune homme était «très arrogant et très agressif». «Il ne m’écoutait pas, même si j’ai dit non plusieurs fois», insiste-t-elle.

Plus troublant encore d’après elle : le même genre de situation s’est reproduit quelques jours plus tard, mais cette fois avec un autre jeune homme dans la vingtaine. Celui-ci avait toutefois le même genre de démarche et de propos, d’après l’étudiante.

«Ils avaient le même script. Ça semblait répété, c’était exactement la même chose. Je pense qu’ils travaillaient ensemble. Les deux fois, je me suis sentie très inconfortable.» -Lisa Komlos, étudiante en commerce à l’Université Concordia

La jeune étudiante dit s’inquiéter de la situation, particulièrement sur un campus universitaire «où il y a beaucoup de femmes, dont plusieurs qui marchent seules».

L’administration réagit
Dans un communiqué paru peu après la sortie de Lisa Komlos, l’Université Concordia affirme avoir pris connaissance de ces invitations d’hommes «non désirées ou insistantes» envers certaines de ses étudiantes qui se sont «senties gênées et harcelées».

La direction dit avoir «pris plusieurs mesures en conséquence, dont celle de renforcer la sécurité sur le campus». D’après Mme Komlos, qui a discuté avec l’administration après l’incident, «la sécurité a été particulièrement augmentée dans un bâtiment» qui semble être ciblé plus souvent que d’autres depuis quelque temps.

«Concordia a à cœur le bien-être de sa communauté et s’attache à favoriser un milieu sécuritaire et empreint de respect», assure-t-on également.

L’Université invite par le fait même «toute personne se sentant en danger ou harcelée sur le campus» à joindre son Service de sécurité ou encore à utiliser son service de raccompagnement, offert à tous les étudiants, 24h sur 24.

«Sur demande, la Sécurité peut affecter un agent pour accompagner une personne vers sa voiture, un moyen de transport en commun ou un lieu sur le campus», assure l’administration.

D’ici les prochains jours, Lisa Komlos a l’intention d’envoyer un «blast email» à plus de 1000 étudiantes de l’Université Concordia pour leur faire part de la situation. «Ce ne sera jamais assez. Parlez-en à tous vos amis», lance-t-elle en fin de vidéo, demandant l’aide et le soutien de tous et toutes.

Articles similaires