Montréal

Montréal injecte 3 M$ pour soutenir des projets «mieux adaptés aux besoins des enfants»

Montréal injecte 3 M$ pour soutenir des projets «mieux adaptés aux besoins des enfants»
Photo: Archives MétroLa responsable de l’inclusion sociale, des sports et des loisirs au comité exécutif, Nathalie Goulet

Montréal injecte une somme de 3 M$ sur trois ans pour soutenir des projets en arrondissements qui ont «une volonté de transformer» des aires publiques pour les jeunes de moins de 18 ans «en lieux animés, actifs et ludiques» qui favoriseront, entre autres, la connectivité des parcs et d’espaces verts dans la métropole.

En laissant la parole aux jeunes, qui pourront concevoir ces nouveaux aménagements leur étant dédiés, l’administration Plante espère pouvoir mettre sur pied des «projets mieux adaptés aux besoins des enfants».

La Ville vise aussi à inciter les usagers «à partager la rue», particulièrement le long des parcours scolaires, et à «minimiser les conflits entre les différents usagers de la route» en favorisant « la prise de parole et la participation active des enfants dans le débat autour du cadre de vie», lit-on également dans des documents officiels.

«Actuellement, les interventions en aménagement pour les enfants se résument à la signalisation et aux mesures de sécurisation autour des écoles.» – Nathalie Goulet, responsable de l’inclusion sociale, des sports et des loisirs au comité exécutif

D’après la Ville, la situation ne rehausse «pas totalement l’attrait à la mobilité pour les enfants», d’où la nécessité de s’y attaquer.

Mme Goulet ajoute que les enfants montréalais veulent une ville «où ils peuvent jouer dans des lieux» qu’ils ont eux-mêmes imaginés. «C’est important, dit-elle, de donner à la jeunesse montréalaise l’espace et les conditions nécessaires pour se développer, pour s’amuser, (…) pour concevoir des projets qui répondent à leurs rêves.»

Le nouveau programme, qui sera lancé en mai prochain, permettra de contribuer de manière concrète à l’atteinte de «l’équité sociale, économique et géographique», justifie l’administration, soulignant que de tels mécanismes «novateurs» amènent aussi les enfants à «s’approprier leurs espaces» et à en prendre soin pour les années à venir.

«La participation des enfants peut aussi être intégrée dans la réalisation d’une partie du projet, selon le type d’aménagement, soit dans le design lui-même, l’idéation, voire la validation du concept pour amélioration», précise également la Ville de Montréal.

Un comité de sélection sera chargé chaque mois d’évaluer les dossiers que la Ville a reçus, arrondissement par arrondissement.

Comme il s’agit «d’une première expérience», l’administration Plante souhaite «mettre l’accent sur une évaluation des résultats et du processus, à partager entre les responsabilités de la Ville centrale et de l’arrondissement».

Une évaluation des bénéfices du programme, faite par les arrondissements, sera par ailleurs remise à la Ville en 2022. «L’objectif principal de l’évaluation sera d’apprécier à la fois la pertinence du programme, l’efficacité avec laquelle les objectifs ont été poursuivis, l’efficience des moyens mis en place ainsi que l’impact auprès des jeunes», lit-on dans les documents municipaux.