Montréal

Couleuvre brune: grands défis à relever pour la protéger

Couleuvre brune: grands défis à relever pour la protéger
Photo: Zoo EcomuseumAu Québec, la couleuvre brune se trouve uniquement dans le secteur de Montréal.

Plusieurs d’entre nous ont déjà vu une couleuvre rayée. Saviez-vous que nous avons également une couleuvre brune au Québec, la plus rare de nos couleuvres? On la trouve uniquement dans le secteur de Montréal à la limite Nord de son aire de répartition, mais également dans l’est de l’Amérique du Nord.

Pierre-Alexandre Bourgeois, biologiste au Zoo Ecomuseum, craint pour sa survie. Il souhaite qu’elle soit désignée comme menacée ou vulnérable par Québec au lieu d’être depuis 1992 sur la liste d’espèces « susceptibles » d’obtenir cette désignation. « Pourquoi? Les choses ont beaucoup évolué depuis 1992. On retrouve la couleuvre brune dans des zones de plus en plus peuplées. Son habitat est menacé par les nombreux développements urbains dans la région métropolitaine ».

Notre expert ajoute que dans l’ensemble de l’archipel montréalais seulement 7 % des habitats connus de la couleuvre brune sont protégés selon les lois provinciales. Depuis 2004, plus de 21% du territoire occupé par le reptile ont disparu et la destruction de son habitat se poursuit à la vitesse grand V.  « Les  milieux ouverts comme les terrains vagues et en friche où la couleuvre est présente sont convoités par les promoteurs immobiliers. »

À ce problème s’ajoutent ses nombreux prédateurs : ratons laveurs, rats, musaraignes, renards, coyotes, oiseaux de proie, merles d’Amérique (rouges gorges), crapauds, corneilles et chats domestiques.

Une couleuvre très difficile à voir
Leur nombre réel? Difficile à dire, car la couleuvre brune est discrète. Selon notre expert, il est très rare qu’on puisse l’observer rampant sur le sol. « Elle reste souvent cachée sous différents objets : planches, briques, morceaux de tôle, bûches, pierres plates, dans des cavités souterraines ou d’autres genres d’abris. »

Les différents objets ou obstacles qu’elle rencontre sur son chemin l’influencent énormément dans ses déplacements. La couleuvre brune (Storeria dekayi) peut se déplacer de 50 à plusieurs centaines de mètres pour trouver sa nourriture constituée de vers de terre, de petits mollusques et d’escargots qu’elle est capable d’extraire de leur coquille.

Elle est également une bonne alliée du jardinier en se nourrissant de limaces et d’autres ravageurs. « Cette petite couleuvre mesurant entre 25 et 35 cm (entre 10 po et 14 po) est inoffensive pour les humains et tente très rarement de mordre. Elle peut s’enfuir ou s’immobiliser complètement pour ne pas se faire remarquer, lorsqu’elle se sent menacée. Ça peut très bien fonctionner avec ses prédateurs, mais elle n’a pas grand chance contre des véhicules! »

Protection des habitats de la couleuvre brune
Une équipe du Zoo Ecomuseum a entrepris des travaux d’aménagement en 2017 et 2018 dans des secteurs où les populations de couleuvre brune sont connues et établies afin d’améliorer son habitat. Les travaux impliquaient l’amélioration d’une superficie de près de 31 hectares d’habitats dans les parcs-nature de l’Île-de-la-Visitation et de la Pointe-aux-Prairies, le refuge faunique de Deux-Montagnes et le parc national des Îles-de-Boucherville. Ces travaux ont nécessité 242 tonnes métriques de pierres dynamitées pour l’érection de quatre hibernacles et de 87 abris. L’équipe compte les visiter, cet été, pour voir si ces endroits aménagés donneront les résultats escomptés.

Pour participer à la conservation de la couleuvre brune et de son habitat : Zoo Ecomuseum