Montréal

Un premier «placottoir» inauguré dans Ville-Marie

Un premier «placottoir» inauguré dans Ville-Marie
Photo: Josie Desmarais/MétroUn premier placottoir a été inauguré dans Sainte-Marie.

Le premier placottoir de Ville-Marie a été inauguré mercredi dans le cadre d’un projet pilote qui entraînera la mise en place cet été d’une terrasse publique verdie dans chacun des districts électoraux de l’arrondissement.

Aménagé sur la rue Parthenais, à l’angle de la rue Larivière, ce placottoir, composé de banquettes de couleur bleue entourés de plantes et d’herbes, est situé en face d’une école secondaire du quartier Sainte-Marie.

«Le verdissement, c’est vraiment une priorité dans notre district parce qu’il y a beaucoup d’îlots de chaleur. C’est très minéralisé ici», a souligné à Métro la conseillère du district de Sainte-Marie, Sophie Mauzerolle, rencontrée mercredi après-midi dans ce placottoir, situé à proximité de plusieurs ateliers d’artistes.

Cet aménagement, dont la facture totale s’élève à un peu plus de 21 000$ en incluant son entretien périodique cet été, fait partie d’un projet pilote de l’arrondissement qui comprend également l’aménagement dans les prochaines semaines d’une terrasse publique verdie sur la rue Sainte-Catherine Ouest, à l’angle de la rue Peel, de même que sur la rue Saint-Jacques, à l’angle de la rue Saint-Pierre.

«On espère pouvoir multiplier ce genre d’initiatives de réappropriation de l’espace public dans les prochaines années.» -Sophie Mauzerolle, conseillère du district de Sainte-Marie

Placottoir démontable
L’arrondissement ignore actuellement si ces placottoirs seront de retour l’été prochain, mais l’agence de paysage et de design urbain Castor et Pollux, qui est derrière le concept du placottoir de la rue Parthenais, assure que celui-ci a été réalisé en différents modules afin de pouvoir facilement être retiré à l’arrivée de l’hiver et réinstallé à temps pour la belle saison.

«Le placottoir a été conçu pour être monté et démonté. On a fourni un petit guide de démontage à l’arrondissement», a indiqué la designer urbain, Jeanne Faure.

L’arrivée de ces placottoirs nécessitera toutefois le retrait de quelques places de stationnement, a reconnu l’arrondissement.

«On veut qu’il y ait de la place pour tout le monde et ça passe par un meilleur partage de l’espace public», a commenté Mme Mauzerolle, qui estime que la «répartition de l’espace public» entre les voitures, les piétons et les cyclistes «n’est pas équitable» actuellement à Montréal.