Montréal

Airbnb dans l’illégalité dans l’arrondissement Saint-Laurent

Airbnb dans l’illégalité dans l’arrondissement Saint-Laurent
Photo: Nouvelles Saint-Laurent News – Laurent LavoieUn flou juridique entoure les services d’Airbnb au Québec.

Le site web de l’entreprise internationale Airbnb offre des dizaines logements en location dans l’arrondissement Saint-Laurent. Or, un règlement municipal prohibe ce type de service.

L’article d’un règlement de zonage interdit la location de chambre, sauf dans une habitation ayant 24 chambres et plus ou deux étages minimum. Seuls les hôtels en ont l’autorisation.

Le Bureau du citoyen de Saint-Laurent a reçu une dizaine de plaintes à cet effet, et une a été envoyée directement au maire Alan DeSousa.

Les adresses civiques étant inconnues sur le site, il est difficile de cibler les contrevenants, estime le maire. 

«Sur l’île de Montréal, vous allez voir que la grande concentration, c’est dans le Plateau-Mont-Royal et Ville-Marie», soutient M. DeSousa. 

L’entreprise n’a pas donné suite à nos demandes d’entrevue.

Encadrement

Questionnée à savoir si des vérifications ou des enquêtes étaient menées pour localiser les Airbnb illégaux, l’administration laurentienne a indiqué «attendre la position du gouvernement du Québec avant d’assigner des ressources dédiées à ce dossier» sur son territoire.

Québec veut serrer la vis en matière d’hébergement collaboratif avec un nouveau règlement sur les établissements d’hébergement touristique. Ceux qui désirent louer à court terme un logement sur Airbnb ou Kjiji, par exemple, devront s’inscrire dans un registre en ligne dès cet automne.

Pour l’instant, ce phénomène ne serait pas problématique à Saint-Laurent, souligne la directrice générale du Comité de logement local, Maria Vasquez.

Toutefois, elle demeure inquiète notamment pour les nouveaux arrivants. Ceux-ci peuvent être facilement manipulés par certains propriétaires, alors qu’«il n’y a pas suffisamment de logements pour ces familles ici», déplore Mme Vasquez.

Rabroué

Un citoyen s’est présenté au dernier conseil d’arrondissement laurentien pour étudier la possibilité d’un changement du règlement de zonage.

Les élus ont été sans équivoque.

«Pour le moment, le conseil n’a aucune intention de changer sa réglementation», a déclaré le conseiller de Ville pour le district de Côte-de-Liesse, Francesco Miele.

Le maire a quant à lui appeler à la prudence en indiquant que les changements législatifs sont toujours en cours à Québec.