Montréal

Greta Thunberg reçue à l’hôtel de ville, Valérie Plante à l’ONU

Greta Thunberg reçue à l’hôtel de ville, Valérie Plante à l’ONU
Photo: Sean Gallup/Getty ImagesLa jeune suédoise Greta Thunberg est aujourd'hui un icône de la lutte climatique, surtout chez les jeunes.

La jeune militante écologiste suédoise Greta Thunberg sera reçue en personne à l’hôtel de ville de Montréal le 27 septembre prochain, en marge de la grève pour le climat à laquelle près de 300 000 personnes sont attendues.

C’est la mairesse de Montréal, Valérie Plante, qui en a fait l’annonce elle-même jeudi matin sur son compte Twitter. En plus de la recevoir à l’hôtel de ville, la chef de Projet Montréal lui remettra «les clés de la Ville de Montréal», une marque hautement symbolique au niveau municipal.

«Remettre les clés, c’est un honneur. Celui qui vient juste en-dessous de l’ordre de Montréal», a indiqué à Métro l’attachée de presse de la mairesse, Geneviève Jutras. «C’est un honneur de l’accueillir tout de suite après cette marche à laquelle nous participerons», a-t-elle ajouté.

Dans un communiqué, la Ville décrit la militante comme une «inspiration de la jeunesse montréalaise».

Même son de cloche pour la mairesse de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, Sue Montgomery, qui trouve la nouvelle réjouissante. «C’est un jeune femme très inspirante», dit-elle de Greta Thunberg.

«Le climat, on le voit dans les élections fédérales, c’est l’enjeu #1. Au niveau municipal, c’est là où on peut faire une différence, donc ça doit commencer ici.» -Sue Montgomery

Devenue un icône de la lutte contre les changements climatiques et l’environnement pour toute une génération, Greta Thunberg a annoncé au début du mois qu’elle sera de la manifestation à Montréal, le 27 septembre, après un passage à New York pour «diffuser son message».

Plus tôt cette année, la jeune activiste de 16 ans avait fait l’éloge de la métropole québécoise, sur les réseaux sociaux. Elle avait notamment louangé l’importance participation des Montréalais aux manifestations sur l’environnement qui se sont tenues en mars.

Valérie Plante à l’ONU le 23 septembre

Sur invitation de l’Organisation des Nations Unies (ONU), la mairesse de Montréal prononcera peu avant la grève pour le climat une allocution dans le cadre du Sommet pour le climat, qui se tient à New York.

Unique ambassadrice des villes, Mme Plante s’adressera à des leaders et des acteurs impliqués en environnement. L’objectif de son discours, ajoute-t-on, sera de «rappeler l’urgence d’agir dans la lutte contre les changements climatiques».

Appelée à réagir jeudi, l’élue municipale Magda Popeanu a affirmé que la présence de la mairesse à l’ONU «donnera beaucoup de visibilité à Montréal». Selon elle, la métropole se positionne ainsi «comme une ville où les soucis environnementaux sont pris au sérieux […] à tous les niveaux».

Des porte-paroles du secteur privé et de la société civile, dont Michael Bloomberg, maire de New York de 2002 à 2013, doivent aussi s’adresser au public le même jour.

L’engagement des gouvernements et des différentes parties prenantes à devenir carboneutre en 2050 – un objectif qu’a déjà fixé l’administration Plante l’an dernier – sera au cœur des discussions. Les caps de réduction des gaz à effet de serre (GES) d’ici 2020 seront aussi abordés.

«Le panel auquel participera la mairesse s’adressera à l’assemblée tout de suite après les discours de chefs d’états, dont ceux de la chancelière allemande, de la première ministre de la Nouvelle-Zélande, et du premier ministre de l’Inde, ainsi que du secrétaire général de l’ONU», a indiqué le cabinet de la mairesse.