Montréal
05:00 16 décembre 2019 | mise à jour le: 15 décembre 2019 à 21:00 temps de lecture: 3 minutes

Nouvelle action citoyenne contre le projet Royalmount lundi

Nouvelle action citoyenne contre le projet Royalmount lundi
Photo: Pablo Ortiz/MétroDes citoyens s'opposent au projet Royalmount.

Un regroupement citoyen montréalais profitera du prochain conseil municipal de la Ville de Mont-Royal, lundi soir, afin de réitérer sa demande d’imposer un moratoire sur la construction du controversé projet Royalmount. Ils souhaitent que Montréal et le gouvernement provincial les appuient dans leurs revendications.

Le comité citoyen Royalement contre Royalmount milite depuis quelques mois contre le mégaprojet de centre commercial situé au croisement des autoroutes 15 et 40, à Ville Mont-Royal. En vue de son action ciblée lundi soir, la coalition appelle à «la mobilisation citoyenne», indique le citoyen derrière le mouvement, Pierre Avignon.

M. Avignon souhaite aller chercher du soutien auprès de la ministre responsable de la Métropole, Chantal Rouleau. «On est dans une deuxième phase où il faut aller frapper aux bonnes portes», indique-t-il.

«Les aménagements autoroutiers 15 et 40 appartiennent au gouvernement provincial. Donc, on voit mal comment le gouvernement n’a pas son mot à dire pour les voies d’accès vers le projet», ajoute M. Avignon en entrevue avec Métro.

Au cabinet de la ministre, on maintient vouloir «favoriser un développement de qualité et durable de ce secteur».

«La responsabilité du gouvernement est d’assurer une meilleure fluidité sur le réseau autoroutier, ce à quoi nous travaillons avec nos partenaires et en collaboration avec le promoteur», assure dans un courriel l’attaché de Mme Rouleau, Justin Carrier.

Appui montréalais

Pierre Avignon soutient déjà avoir l’appui de la Ville de Montréal dans sa fronde contre Royalmount. Le seul hic: Royalmount n’est pas officiellement installé sur le territoire de la ville-centre.

Aux yeux de M. Avignon «il apparaît légitime qu’une ville voisine revendique un droit à intervenir dans le cadre d’un tel projet, qui ne sera pas sans effet sur sa population près de 100 fois plus nombreuse».

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a maintes fois fait part de son opposition au plan de développement commercial. Selon elle, Royalmount «n’a pas d’acceptabilité sociale». En janvier, une commission municipale bipartisane avait recommandé la «suspension du projet».

«Greenwashing»

En août, le promoteur de Royalmount, Carbonleo, a révisé ses plans originaux pour inclure une passerelle piétonne ainsi que des toits verts au futur centre commercial. L’ajout d’une école est aussi prévu.

Pas de quoi impressionner Pierre Avignon, qui dénonce une tentative de «greenwashing». «On parle de toits verts, mais des toits verts, ça ne compense pas 70 000 déplacements [par voiture] de plus par jour», affirme-t-il.

«Je trouve ça très contradictoire que Ville Mont-Royal s’annonce comme une cité-jardin. Elle va être l’un des plus gros producteurs de CO2 de la région de Montréal avec ce projet-là.» – Pierre Avignon, citoyen contre le projet de Royalmount

Mobilisation

Royalement contre Royalmount s’allie à des coalitions comme La Planète s’invite au parlement pour faire connaître l’opposition citoyenne au projet.

«Pour les citoyens de Ville Mont-Royal, avec les travaux du REM, il y a une pression de trop. Ça va engorger la ville», croit Pierre Avignon.

Mais le militant alerte aussi les voisins montréalais. «Ils sont extrêmement touchés, lance-t-il. Il y a 500 000 personnes qui ont marché pour le climat en septembre. Il faut faire comprendre que l’enjeu de Royalmount en est un de pollution. C’est l’équivalent du troisième lien à Québec.»

Articles similaires