Montréal
09:16 31 janvier 2020 | mise à jour le: 31 janvier 2020 à 12:55 temps de lecture: 3 minutes

Harcèlement: Montréal prend ses distances avec son conseiller à l’éthique

Harcèlement: Montréal prend ses distances avec son conseiller à l’éthique
Photo: Courtoisie - Ville de MontréalDepuis le mois de mai 2017, Marc Lalonde était la personne attitrée pour répondre aux questions relatives aux enjeux d’éthique et de déontologie pour les conseillers et les élus municipaux.

Montréal prend ses distances avec son conseiller à l’éthique et à la déontologie, Marc Lalonde, lui-même visé par une allégation de harcèlement. Une enquête interne du cabinet Bélanger Sauvé – où il travaillait aussi comme avocat – a conclu qu’il avait harcelé psychologiquement l’une de ses collègues en milieu de travail.

«Compte tenu de la fonction sensible et symbolique occupée par Me Marc Lalonde en tant que conseiller à l’éthique. Il a été convenu après discussions qu’il cesserait d’offrir ses services à la Ville de Montréal», a confirmé à Métro une porte-parole de la Ville, Gabrielle Fontaine-Giroux, vendredi.

La nouvelle avait d’abord été révélée par le média spécialisé en affaires juridiques Droit Inc, mercredi après-midi. La Ville, elle, affirme avoir été mise au courant de la situation en fin de journée, mercredi.

Selon des documents internes auxquels le média a eu accès, M. Lalonde aurait demandé à plusieurs reprises à une collègue d’avoir une relation sexuelle avec lui. Malgré plusieurs refus exprimés clairement, l’avocat aurait insisté à maintes reprises. Il aurait même menacé sa collègue de «conséquences sur sa carrière».

La victime, dont l’identité a été préservée, aurait ensuite demandé à la direction de changer de bureau. L’objectif était d’être plus loin physiquement de Marc Lalonde pendant les heures de bureau. Une plainte a ensuite été déposée au comité exécutif du cabinet en mars 2018. L’entreprise a alors décidé d’embaucher une firme externe pour faire sa propre enquête.

Mise en demeure de Marc Lalonde

Peu avant la publication du reportage, l’ex-conseiller de la Ville a fait parvenir une mise en demeure à Droit Inc. Il y menace de poursuivre le média.

Quoiqu’il en soit, c’est Me Michel Cantin, qui fait partie du même cabinet d’avocats que Marc Lalonde, qui remplacera ce dernier «jusqu’à la fin du contrat en cours». avec la Ville de Montréal.

Celle-ci ajoute que Me Lalonde agissait comme conseiller à l’éthique «via un contrat de service professionnelle à la suite d’un appel d’offre sur invitation», avant l’éclatement de l’allégation de harcèlement. «Il n’est pas un employé de la Ville», insiste la porte-parole Gabrielle Fontaine-Giroux.

Depuis le mois de mai 2017, Marc Lalonde était effectivement la personne attitrée pour répondre aux questions relatives aux enjeux d’éthique et de déontologie pour les conseillers et les élus municipaux.

Articles similaires