Montréal
14:27 15 mai 2020 | mise à jour le: 15 mai 2020 à 14:38

Confusion autour d’une intervention policière à Saint-Laurent

Confusion autour d’une intervention policière à Saint-Laurent
Photo: Métro Média - Laurent LavoieDes banderoles de sécurité ont été placées dans les escaliers du Centre islamique du Québec à Saint-Laurent afin d’y limiter l’accès.

Aucune amende n’aurait été remise à des fidèles s’étant réunis en début de semaine au Centre islamique du Québec à Saint-Laurent, affirment les autorités policières. L’information contredit ce qui a été avancé par le prétendant à la chefferie du Parti québécois, Frédéric Bastien.

Dans une publication Facebook qui a beaucoup fait réagir, il a écrit qu’une cérémonie religieuse se serait tenue le lundi 11 mai à la mosquée située au coin du chemin Laval et du boulevard Marcel-Laurin. Un total de onze amendes aurait été remis, affirmait M. Bastien.

Des renseignements niés par le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). On indique toutefois qu’un appel a bel et bien été logé au 911 et des patrouilleurs se sont rendus sur place.

«Il n’y a pas eu de constat et vous comprendrez aussi qu’on ne peut pas commencer à commenter chaque événement de la police qui va ici ou là», affirme le porte-parole André Durocher, sans développer davantage sur le déroulement de l’intervention.

«C’est ce qu’on appelle un ‘non-événement’.» — André Durocher, porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal

Appelé à réagir, Frédéric Bastien maintient sa version des faits.

«J’ai mes sources à la police de Montréal et elles sont totalement catégoriques, dit l’enseignant au Collège Dawson. Je ne peux pas dire que l’un ment et que l’autre ne ment pas. Ce que j’ai dit, ça vient de l’interne de la police.»

Le message de M. Bastien a suscité de nombreux commentaires, dont certains à caractère haineux. Il assure qu’il en a retiré quelques-uns.

«Quand on écrit des choses, peut-être juste s’assurer que [c’est] véridique», soutient M. Durocher.

Il a été impossible de rejoindre un porte-parole du Centre islamique du Québec. Durant le mois du ramadan, les musulmans qui observent ce rite doivent être abstinents en faisant notamment un jeûne strict entre le lever et le coucher du soleil.  En période de confinement, ils ne peuvent, comme à leur habitude, se réunir pour festoyer la nuit venue.

Les amendes remises pour des rassemblements illégaux varient de 1 000$ à 6 000$.

Photo

Certains internautes ont constaté que la photo accompagnant le texte de M. Bastien comportait des amoncellements de neige, ce qui serait inhabituel pour un mois de mai. Après vérification, il s’agit en fait d’une photo d’archive, prise par Métro Saint-Laurent en 2017, utilisée sans autorisation.

Articles similaires