Montréal
05:00 20 octobre 2020 | mise à jour le: 20 octobre 2020 à 08:41 temps de lecture: 3 minutes

L’échangeur Turcot est plus vert, et les gros travaux sont finis

L’échangeur Turcot est plus vert, et les gros travaux sont finis
Photo: Capture écran/YouTubeAu total, le projet Turcot comprenait 56 structures, dont 3 ponts signatures, 145 km de voies routières et 21 km de voies ferrées.

Les travaux de l’échangeur Turcot, l’un des chantiers autoroutiers les plus importants des dernières années au Québec, a pris fin lundi. Même s’il reste encore certains aménagements à faire au printemps prochain, les travaux majeurs, eux, sont bel et bien terminés. 

Clap de fin pour les travaux de l’échangeur Turcot. Le ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie, François Bonnardel, et la ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, Chantal Rouleau, en ont fait l’annonce lundi. 

Le même jour, les dernières infrastructures principales du projet ont été ouvertes à la circulation. Soit le boulevard Pullman et ses accès.

Le projet Turcot incluait la reconstruction des échangeurs Turcot, Angrignon, De La Vérendrye et Montréal-Ouest ainsi que les tronçons adjacents des autoroutes 15, 20 et 720.

Pour M. Bonnardel, cette fin de chantier est la démonstration «du savoir-faire du génie québécois». Le ministre s’est notamment réjoui d’avoir pu respecter l’échéancier et le budget prévus. 

La construction des infrastructures principales avait démarré en 2015. 

Notons l’ouverture à la circulation, d’ici la fin de l’année, des voies réservées sur l’autoroute 20 et la route 136. 

Un résultat plus vert

Québec y a conçu des aménagements pour les modes de transport durables. Ce qui représente 10 km de voies réservées et 8 km de pistes cyclables multifonctionnelles. 

Carboneutre, le projet Turcot s’est en outre verdi. À terme, il arborera 9 000 arbres et 61 000 arbustes vivaces. 

«Le nouvel échangeur Turcot sera plus vert, avec l’ajout de végétation et l’intégration de voies actives pour les piétons et les cyclistes des quartiers à proximité.»- Chantal Rouleau

Les émissions de gaz à effet de serre (GES) liées aux activités de construction du projet feront par ailleurs l’objet d’une compensation. Soit par l’achat de crédit carbone ou de projets de plantation.

La ministre Rouleau a également remercié les citoyens de la région métropolitaine pour leur «patience au cours des dernières années.»

Au total, le projet comprenait 56 structures, dont 3 ponts signatures. Mais également 145 km de voies routières et 21 km de voies ferrées. La construction des infrastructures a nécessité quelque 45 millions de mètres cube de remblais, et pas moins de 4567 poutres en acier. 

Notons que certaines activités se poursuivront jusqu’en 2021, principalement des travaux de parachèvement ainsi que des aménagements paysagers. Des fermetures sur le réseau sont à prévoir.

Articles similaires