Montréal
14:40 28 octobre 2020 | mise à jour le: 28 octobre 2020 à 14:41 temps de lecture: 4 minutes

Travaux au tunnel La Fontaine: 30% des voitures pourraient se retrouver sur Jacques-Cartier

Travaux au tunnel La Fontaine: 30% des voitures pourraient se retrouver sur Jacques-Cartier
Photo: Josie Desmarais/Métro MédiaLe pire des travaux atteindra son pic en 2022 et 2023

Si les automobilistes continuent d’emprunter leur voiture durant les travaux du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine, le pont Jacques-Cartier pourrait récupérer 30% de ce trafic. Les deux «pires» années pour circuler seront 2022 et 2023.

C’est ce qu’a annoncé Stéphane Audet, le directeur du projet de réfection du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine, mercredi.

Lors d’une séance d’information sur l’état d’avancement de la réfection majeure du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine, M. Audet a indiqué qu’il ne serait «absolument pas souhaitable» que les automobilistes ne se rabattent pas sur les «mesures préférentielles» pensées pour dégorger le trafic.

À savoir prendre le transport collectif (bus et métro), faire du covoiturage ou télétravailler. Sur ce point, le contexte de la COVID-19 pourrait aider.

«Délaisser l’auto-solo, c’est le nerf de la guerre. Dans le pire des cas, si la population ne répond pas du tout à ce qui est souhaité, on a évalué qu’environ 30% des usagers pourraient se retrouver au pont Jacques-Cartier.» -Stéphane Audet, directeur du projet 

De plus, une autre portion des automobilistes irait également se rabattre sur les ponts Victoria et Champlain.

«Ce n’est pas souhaitable, on a pris des mesures pour que cela n’arrive pas», a indiqué M. Audet. Parmi elles: une bonification des lignes verte et jaune du métro, l’ajout de lignes d’autobus ou encore des voies réservées se rendant jusqu’au tunnel.

Toutefois, les voies réservées pour le transport collectif ne se rendront pas à l’intérieur du tunnel. Il faudra donc qu’ils s’insèrent dans la circulation normale.

Rappelons que les principales interventions visent la réparation de la voûte et des murs, ou encore la reconstruction d’une portion de la chaussée de béton de l’A-25. L’idée est aussi de moderniser les systèmes électriques, de drainage et de ventilation.

Le pire attendu pour 2022 et 2023

Si les travaux débuteront dès la mi-mars 2021, le pire des travaux atteindra son pic en 2022 et 2023 où s’effectueront notamment le bétonnage de la chape et la réfection structurale du tube du tunnel en direction sud.

Le pont sera fermé six semaines durant l’été 2022, et six semaines encore durant l’été 2023. L’avantage de ces fermetures spéciales est de pouvoir effectuer les travaux plus efficacement et de mieux protéger les travailleurs, nous explique-t-on.

En 2022, on prévoit également la fermeture longue durée d’une voie dans le tunnel (deux ouvertes par direction). Mais aussi des fermetures fréquentes la nuit et la fin de semaine de l’autoroute 25.

En 2023, les entraves se feront cette fois en direction nord. Elles seront similaires à l’année précédente.

«On est conscients d’avoir un impact sur la population et la circulation, mais on travaille beaucoup en amont pour s’assurer qu’il y en a le moins possible.» -Stéphane Audet, directeur du projet 

Finalement, notons qu’il n’y aura aucun report du chantier. Et ce, même si la Ville de Montréal a annoncé mercredi reporter une vingtaine de ses 64 chantiers majeurs qu’elle avait prévu de mener en 2021.

Début des travaux

Dès la mi-mars 2021, les travaux à l’intérieur du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine débuteront donc.

Dès ce moment-là, on mettra en place des voies réservées. On agrandira ou construira des stationnements incitatifs. Cela dit, on ne devrait voir que des «répercussions mineures» sur la circulation, dixit M. Audet.

Cependant, comme l’entrepreneur aura besoin de livrer des matériaux ou d’accéder au tunnel par exemple, il devra le faire par les voies de circulation. Ce qui expliquera les entraves durant la nuit ou la fin de semaine.

Il faudra s’attendre ainsi à des fermetures d’une ou deux voies, voire des fermetures complètes dans une ou deux directions.

«La circulation est en mouvance et nos mesures devront l’être aussi. Mais on est optimistes que les gens vont s’adapter à ce type de chantiers-là», a-t-il conclu.

Articles similaires