Soutenez

COP15: le grand parc dans l’est de Montréal appuyé par 67 groupes

Photo: Archive Métro

L’arrivée de la COP15 à Montréal constituera une occasion pour la société civile de mettre de l’avant des projets. Parmi ceux qui seront le plus promus, on compte la création d’un grand parc-nature dans l’est du Grand Montréal «pour corriger un déficit d’accès à la nature».

En vue de cette conférence sur la biodiversité, 67 organismes joignent leurs forces pour présenter des demandes communes. On trouve dans leur alliance autant des organismes environnementaux que des syndicats et des membres des Premières Nations et du milieu scientifique. Ils offrent leur soutien à un projet de l’équipe de Valérie Plante, qui s’est engagée en septembre 2021 à agrandir les espaces verts existants et à en créer de nouveaux dans l’est de la métropole.

Le regroupement, qui porte le nom «Collectif COP15», estime que ce projet de parc permettra de faire des «gains concrets en préservation des milieux naturels et des espèces menacées».

La COP15 est une rencontre internationale qui rassemblera des gouvernements du monde entier. Les discussions tourneront autour de la diversité biologique, et plus précisément sur la protection de la nature et les moyens de mettre un terme à la perte de biodiversité partout dans le monde.

«On demande des investissements à la hauteur du défi et la mise en place d’approches pangouvernementales responsables et transparentes. Nous souhaiterions aussi la modernisation de plusieurs lois, et un meilleur encadrement du secteur privé», a revendiqué le directeur général de la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP) Québec, Alain Branchaud.

Protéger les milieux verts et bleus

En plus de la création d’un parc dans l’est de la métropole, le collectif demande la protection permanente de la rivière Magpie sur la Côte-Nord et l’agrandissement du parc marin Saguenay–Saint-Laurent. Les différents paliers de gouvernement misent beaucoup sur le développement de technologies vertes, mais la protection de milieux verts est tout aussi importante, rappelle-t-on.

«On aborde beaucoup la crise climatique sur des enjeux technologiques, mais il y a un danger à se tourner uniquement vers ce type de solution plutôt que de préserver les milieux naturels», estime la chargée de projet climat chez Nature Québec, Anne-Céline Guyon.

S’il y a un endroit dans le monde où ces discussions essentielles pour l’avenir de l’humanité peuvent avoir lieu dans un climat serein et enthousiasme, c’est bien ici, à Montréal.

Alain Branchaud, directeur général de la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP)

La COP15 se déroulera du 7 au 19 décembre 2022.

Inscrivez-vous à notre infolettre et recevez un résumé quotidien de l’actualité de Montréal.

Articles récents du même sujet

Mon
Métro

Toute l'actualité locale au même endroit.

En vous inscrivant à Mon Métro, vous manifestez votre engagement envers la presse locale. + Profitez d’une expérience numérique personnalisée en fonction de vos champs d’intérêt et du quartier où vous résidez. + Sélectionnez vos articles favoris pour une lecture en différé.