Montréal

2 M$ et 200 employés pour une ville propre

La Ville de Montréal poursuit son offensive visant à redorer son image et a annoncé hier un investissement de 2 M$ dans la brigade de la propreté, qui sillonnera les rues de la métropole pour un troisième été consécutif.

Quatre-vingt-dix membres de la brigade, dont soixante-cinq étudiants, sont déjà en poste, principalement dans l’arrondissement de Ville-Marie. Ils seront rejoints, à compter du 23 juin, par 110 nouveaux brigadiers, qui sont des employés auxiliaires de la Ville.

«On n’a qu’à se promener un peu pour voir que la ville est plus propre qu’avant, a indiqué Marcel Tremblay, responsable des services aux citoyens de la Ville. Mais comme la brigade de la propreté est un travail de longue haleine, il est difficile, après trois ans, d’en faire un bilan.»

L’administration de Gérald Tremblay continue d’ailleurs d’investir dans la propreté de sa ville. Ainsi, les 2 M$ que coûtera la brigade proviennent d’une enveloppe de 10 M$ que le maire a ajoutée au budget de 56 M$ destiné à la propreté.

«Dix millions de plus sur un budget de 56 M$, c’est beaucoup, a souligné Marcel Tremblay. C’est normal qu’il y ait des changements dans la ville. Il faut par contre que les gens comprennent qu’on ne peut pas avoir un col bleu par citoyen [pour ramasser derrière lui]. Ils doivent se prendre en main.»

La brigade de la propreté n’a par ailleurs pas le pouvoir de punir les contrevenants. «L’idée, c’est d’assurer une présence dans les rues de la ville, a expliqué Marcel Tremblay. C’est beaucoup moins tentant pour quelqu’un de jeter un papier par terre quand il voit les brigadiers au travail.»

La brigade de la propreté s’est mise en branle le mois dernier. Elle poursuivra sa route jusqu’en octobre dans les différents arrondissements de l’île de Montréal et jusqu’en novembre dans Ville-Marie.

Articles récents du même sujet