Montréal

De graffiteur à muraliste

Pendant plus d’une dizaine d’années, David Proulx graffitait. Ses ateliers en plein air se situaient sous l’autoroute 720 et à l’ancien immeuble Redpath. Aujourd’hui âgé de 27 ans, il a décidé de pratiquer son art en toute légalité  en fondant l’atelier de création Association Graff-X.

«J’ai l’intention de trouver des murs légaux où les jeunes pourront pratiquer sans répression policière, a expliqué lundi David Proulx, en entrevue avec Métro. Le fait de pratiquer librement les encourage à respecter les immeubles autour.»

M. Proulx compte aussi organiser des formations pour les jeunes graffiteurs et aménager une galerie dans les locaux de l’organisme pour mettre en valeur leurs Å“uvres.

«[Ce projet] est bon pour la cohésion sociale, et il n’y a pas une société qui peut se développer sans avoir une bonne cohésion. C’est encore plus vrai après les événements de Montréal-Nord», a indiqué le maire de Ville-Marie, Benoit Labonté.

L’arrondissement soutiendra pendant deux ans l’Association Graff-X en lui accordant une subvention de 30 000 $. Le maire Labonté compte également lui offrir des murs dans l’arrondissement pour que les jeunes artistes puissent réaliser des murales.

Selon David Proulx, les jeunes muralistes sont recherchés, notamment dans le domaine de la publicité.

L’Association Graff-X, 2111, rue Bleury

Articles récents du même sujet