Montréal

Chacun appelé à faire sa part avec le Code du bon voisinage

Depuis 27 ans, Huguette Loubert habite sur la rue Rivard, qui est parallèle à la rue Saint-Denis. Elle aime la ville et veut y rester. Mais elle aime moins les commerçants qui profitent de la ruelle comme d’une cour de récréation.

Discussions animées aux petites heures de la nuit, claquements répétitifs des couvercles des conteneurs à déchets et sacs d’ordures nauséabonds jonchant le sol sont le lot quotidien des  résidants de la rue Rivard.

«C’est très bruyant durant les nuits», a confié hier Huguette Loubert.

«Des parents font dormir leur enfant dans le salon en avant parce que la ruelle est trop bruyante», a ajouté le voisin de Mme Loubert, Pierre-Yves Bernard, connu pour ses textes de Dans une galaxie près de chez vous.

Il y a quelques années, des résidants de la rue Rivard ont élaboré le Code de bon voisinage. Aujourd’hui, celui-ci a été repris par l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, qui le distribuera à plus de 2 000 adresses, tant résidentielles que commerciales, au cours des prochaines semaines. Il s’adresse autant aux commerçants qu’à leurs voisins qui résident non loin des principales artères
commerciales du Plateau-Mont-Royal.

«On est en train de revoir nos règlements pour voir où on peut intervenir», a indiqué hier la mairesse du Plateau-Mont-Royal, Helen Fotopoulos.

Déjà, l’arrondissement a interdit la circulation des camions dans les ruelles pendant la nuit, ce qui a été grandement apprécié par les résidants de la rue Rivard.

«On espère avoir des résultats tangibles avec le Code du bon voisinage», a fait savoir Mme Fotopoulos.

Bien que la cohabitation s’est beaucoup améliorée entre les commerçants et les résidants de la rue Rivard au cours des dernières années, Pierre-Yves Bernard croit de son côté que l’arrondissement devra trouver des nouvelles mesures. «Il y a beaucoup d’irritants qui persistent, a-t-il dit. Le Code de bon voisinage ne règle pas tous les problèmes.»

Articles récents du même sujet