Montréal

Laurent Blanchard est le nouveau maire de Montréal

Photo: Ryan Remiorz

L’actuel président du comité exécutif de Montréal, Laurent Blanchard, est devenu, mardi, le nouveau maire intérimaire de Montréal.

Les élus du conseil municipal ont été confinés mardi matin à l’hôtel de ville pour nommer le prochain premier magistrat de la métropole. Deux candidats se sont désistés en cours de route. Le maire de Rosemont–La Petite-Patrie, François W. Croteau, a décidé d’appuyer M. Blanchard, alors que le maire de Saint-Laurent, Alan DeSousa, a choisi de se ranger derrière Harout Chitilian.

Au bout du compte, Laurent Blanchard a réussi à obtenir l’appui de 30 élus contre 28 pour son principal adversaire, Harout Chitilian, qui agissait jusqu’à tout récemment comme président du conseil. La seule femme ayant pris part à la course, la conseillère de Lachine, Jane Cowell-Poitras, a quant à elle recueilli trois votes.

Le nouveau maire de Montréal a promis de «maintenir le cap» et «d’assurer une transition tranquille» jusqu’aux prochaines élections municipales. Au cours des 20 minutes qui lui ont été consenties au conseil municipal pour vanter sa candidature avant son élection, il a parlé de son intégrité, de son expérience et de son indépendance. Il a insisté également sur la nécessité de conserver l’actuelle administration de coalition.

M. Blanchard entend céder son chapeau de président du comité exécutif et revoir le partage des responsabilités. «Je travaille déjà sept jours par semaine, a-t-il dit à ses collègues. Je ne vois pas comment je pourrais en prendre plus.» La conseillère de Projet Montréal, Josée Duplessis, est devenue présidente du comité exécutif.

Laurent Blanchard a aussi offert à Harout Chitilian de reprendre du service à titre de président du conseil. Ce dernier a promis d’y réfléchir.

Comme il l’avait promis, M. Chitilian s’est rallié au choix du conseil municipal. «Je pense que [Laurent Blanchard] fera un travail remarquable», a-t-il déclaré en sortant de la salle du conseil. Le conseiller de Bordeaux-Cartierville ne s’est pas dit déçu de la décision de ses collègues. «Dans la vie, quand on nous ferme une porte, on nous en ouvre une autre, a-t-il philosophé. C’est juste partie remise.»

Pour la chef de Vision Montréal, Louise Harel, l’élection de Laurent Blanchard est une victoire pour la coalition d’élus qui administre la métropole depuis le mois de novembre. «C’est le succès de cette administration et c’est le succès d’une démocratie bien vivante au conseil de ville», a-t-elle dit.

«Laurent Blanchard est au-dessus de tout soupçon, a pour sa part affirmé le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron. Les Montréalais en ont trop vu ces derniers temps. Il fallait avoir une garantie absolue cette fois-ci et nous l’avons.»

M. Bergeron a assuré que l’appui de Projet Montréal à Laurent Blanchard n’a fait l’objet d’aucune négociation.

Articles récents du même sujet