Montréal
09:11 4 juillet 2011 | mise à jour le: 4 juillet 2011 à 09:11 temps de lecture: 4 minutes

Pauvreté chez les jeunes: partir du mauvais pied

Depuis environ un an et demi, Avenir d’enfants soutient les communautés pour que l’entrée à l’école des jeunes des milieux défavorisés soit réussie. Cet organisme à but non lucratif vise les 0 à 5 ans. «Nous nous y prenons très, très tôt, explique la directrice générale d’Avenir d’enfants, Lyse Brunet. Nous voulons nous assurer que ces enfants auront eu ce dont ils ont besoin pour arriver à l’école bien préparés.»

C’est qu’une enquête sur la maturité scolaire menée par la Direction de la santé publique de Montréal a montré une corrélation entre le manque de compétences de base des jeunes élèves et les secteurs où règne la pauvreté d’où ils proviennent. D’où l’urgence d’intervenir très tôt. Sur le terrain, des intervenants «de première ligne» répondent aux besoins. Ainsi, des instances soutenues par Avenir d’enfants permettent aux parents en situation de pauvreté d’être mieux outillés pour répondre aux besoins de leurs petits, et aux enfants d’entrer dans la vie avec un peu plus de moyens. Mais bien sûr, Avenir d’enfants ne peut pas enrayer la pauvreté.

Au Québec, 15,2 % des jeunes de 0 à 17 ans vivent sous le seuil de faible revenu. À Montréal, ce chiffre augmente à 26 %. «Bien que la situation se soit améliorée au Québec dans les dernières années, ce n’est pas le cas à Montréal», indique François Saillant, coordonnateur du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU). La hausse de fréquentation des banques alimentaires en est un exemple probant. «La pauvreté est un des facteurs qui déterminent la santé, poursuit M. Saillant. À Montréal, si tu vis dans un quartier pauvre, ton espérance de vie est en moyenne de 10 ans moins élevée que si tu vis dans un quartier riche.»

Selon François Saillant, les mesures gouvernementales ne sont pas suffisantes. Par exemple, le généreux crédit d’impôt pour solidarité de Québec ne fait que «compenser la hausse récente des taxes et des tarifs». M. Saillant note une amélioration en ce qui concerne l’aide aux familles, mais ajoute qu’«il faut s’assurer que les gains acquis ne seront pas compromis.»

Ainsi, la Suède, longtemps citée en exemple pour ses politiques costaudes afin de lutter contre la pauvreté infantile, n’a peut-être pas su consolider ses acquis. Malgré un taux de jeunes pauvres abaissé à 10 % (25 % dans les familles monoparentales et 30 % chez les immigrants), le gouvernement suédois subit les foudres des groupes sociaux.   

Lyse Brunet insiste : il faut intervenir tôt. «Pour s’attaquer au décrochage scolaire au Québec il y a 20 ans, on s’est occupé des jeunes du secondaire. Après, on s’est dit qu’il fallait commencer dès le primaire. Puis, on a compris que ça serait une bonne idée de s’y attaquer encore plus tôt, raconte Mme Brunet. «On peut parler à une enfant de 6 mois sans perdre son temps», conclut-elle.

De fâcheuses conséquences
Les impacts de la pauvreté sur la santé des jeunes sont nombreux.

  • Dans la population canadienne, les inégalités de revenu sont responsables de 20 % des années d’espérance de vie perdues, comparativement à 17 % pour les maladies de l’appareil circulatoire.
  • Chez les moins de 18 ans, les taux de mortalité du groupe le plus défavorisé économiquement sontprès de trois fois plus élevés chez les garçons et près de deux fois plus élevés chez les filles que ceux observés dans le groupe le plus favorisé.
  • Si tous les jeunes de moins de 18 ans affichaient les mêmes taux d’hospitalisation que les plus favorisés d’entre eux, nous compterions chaque année environ 13 500 hospitalisations de moins.
  • Le taux d’hospitalisation pour troubles mentaux est significativement plus élevé parmi les jeunes les plus défavorisés que parmi les plus favorisés, en particulier chez les garçons.
  • Les enfants des milieux défavorisés sont de trois à quatre fois plus nombreux à accuser des retards scolaires, deux fois plus nombreux à éprouver des problèmes d’apprentissage et trois fois plus nombreux à présenter des troubles graves de comportement au secondaire.
  • Les jeunes filles des milieux les plus défavorisés sont
    17 fois plus nombreuses à devenir mères avant l’âge de 20 ans que celles des milieux les plus favorisés.

Source : Troisième rapport national sur l’état de santé de la population du Québec

Articles similaires