Montréal
11:15 7 mai 2015 | mise à jour le: 7 mai 2015 à 22:28 Temps de lecture: 4 minutes

Rénovation de la rue Sainte-Catherine Ouest: quoi retenir et quoi éviter?

Rénovation de la rue Sainte-Catherine Ouest: quoi retenir et quoi éviter?

Dans quelques jours, le maire Denis Coderre fera connaître la vision de la Ville pour la revitalisation de la rue Sainte-Catherine Ouest. Voici quelques bonnes idées qui ont émergé jusqu’ici. On verra si elles figureront dans le plan Coderre. À la toute fin, vous trouverez les projets gadgets qu’il faudrait éviter (les adeptes des trottoirs chauffants et des poubelles pneumatiques seront déçus).

1. Des kiosques de rue
C’est une idée lancée par le chef de Projet Montréal, Luc Ferrandez pour contribuer à refaire de ce secteur un quartier humain où il fait bon se balader. «Sur Sainte-Catherine Ouest, quand tu te balades entre l’ancien Forum et le magasin La Baie, tu ne peux pas t’acheter une pomme, une pâtisserie ou une glace. Les loyers sont tellement épouvantables que ça empêche ce genre de petits commerces capable d’attirer les résidants et les étudiants», lance Luc Ferrandez. On en trouve notamment à Helsinki.

Ce genre de petite boutique nécessite d’avoir de larges trottoirs. Projet Montréal propose qu’ils soient de 7 mètres des deux côtés, soit le double de leurs dimensions actuelles. Le parti propose l’instauration de deux rues piétonnes sur McGill College vers l’université et sur Union vers le nord le long du magasin la Baie et la création de mini-boutiques dans une trentaine de ruelles.

Screen Shot 2015-05-07 at 10.24.322. Priorité piétons
Dans la vision de l’Alliance pour Sainte-Catherine, on élimine les 500 stationnements entre les rues Guy et de Bleury. Logique, ils occupent 30% de la largeur de la rue (trottoirs compris) alors qu’ils n’accommodent que 1400 automobilistes par jour. En comparaison, les piétons, qui représentent 83% des usagers de la rue, ont à peine plus de place pour se déplacer (3,5m de chaque côté).

L’Alliance qui regroupe plusieurs organismes environnementaux propose d’élargir les trottoirs tout en gardant deux voies de circulation où la vitesse serait limitée à 30km/h. On réserverait des places de stationnement dans les rues perpendiculaires pour les personnes à mobilité réduite.

actu-decc81fi-sainte-catherine-chantier-cachecc81_c100-e1411000736248

3. Cacher les travaux
Les commerçants sur les axes Saint-Laurent et du Parc se rappellent encore des longs et douloureux travaux qui nuisent au magasinage. Pour tenter d’y remédier, le directeur général de Destination centre-ville, André Poulin, propose de s’inspirer de la Chine et de l’Europe, où on réussit à limiter plusieurs des effets négatifs des chantiers en les isolant de la vie qui se poursuit tout autour.

«Le chantier se trouve­rait alors en sous-sol, derriè­re des clôtures, et on aurait aménagé des plate­formes surélevées qui permettraient aux piétons de continuer à vaquer à leurs occupations et aux livraisons de se faire sans trop de problèmes», explique-t-il. Ce concept permettrait aussi d’accélérer les travaux, les ouvriers n’ayant aucune source de distraction. J’en avais parlé dans un article précédent, on verra si son idée sera suivie.

4. Ne pas répéter les erreurs du passé
Les poubelles pneumatiques c’est définitivement NON! Ça a été un échec coûteux (3,2M$) dans le Quartier des spectacles, ça le serait aussi au centre-ville, même si l’entreprise en question a embauché un lobbyiste pour tenter de nouveau sa chance. Si vous en doutez, lisez cette entrevue avec une chercheuse de l’État français (ou rien que le titre si vous n’avez pas le temps): «Installer la collecte pneumatique dans des quartiers existants relève du fantasme».

Personnellement, je rangerais les trottoirs chauffants dans la même catégorie des bébelles coûteuses et pas forcément nécessaires. Je ne me suis pas penché à fond sur la question, mais quelque chose me dit que lorsque la rue sera déblayée et qu’un monticule de neige se formera entre le trottoir et la rue, il empêchera la neige fondue des trottoirs (grâce au système chauffant) de s’écouler. Bref les trottoirs seront pleins d’eau.

Si vous circulez dans le parc Lafontaine, à la fonte des neiges, dans l’axe nord-sud, le long des terrains de pétanque, vous voyez exactement de quoi je veux parler: une longue piscine à traverser!

Bref, on verra lors de la présentation du plan Coderre pour la rue Sainte-Catherine Ouest qui aura été entendu et qui ne l’aura pas été…

AJOUT: Si vous voulez lire quelque chose de bien plus complet, voici le travail d’un étudiant en architecture, Grégory Taillon, un document de 55pages qui pourrait faire l’envie de bien des professionnels déjà établis : à lire ici

Articles similaires