IDS-Verdun

Plage de Verdun: rencontre d’information sur fond de grogne

Photo: Collaboration spéciale

Plus de 150 Verdunois attendaient de pied ferme le maire Jean-François Parenteau mercredi soir à la mairie de Verdun, lors de la première rencontre d’information sur le site éventuel de la future plage. Invectives, huées et inquiétudes ont suivi la présentation du projet.

Quatre sites potentiels ont été présentés aux citoyens lors de cette rencontre: l’emplacement derrière l’auditorium, la marina, le quai de la tortue et le site de l’ancien dépôt à neige, situé à côté de la piste de danse et des serres municipales.

Cependant, plusieurs résidents ont manifesté leur mécontentement, convaincus que l’emplacement de la plage est choisi depuis longtemps, malgré leurs réserves. «Pourquoi vous nous avez fait venir ici ce soir? Vous avez clairement déjà fait votre choix.»

Bien que le maire ait mentionné à plusieurs reprises qu’il privilégiait le site du dépôt à neige, Honorine Youmbissi, chargée de communications à l’arrondissement, a souligné que rien n’était coulé dans le béton. «Les analyses exigées par le ministère de l’Environnement ne sont pas encore complétées.»

Favoriser le transport actif
Des dizaines de résidents se sont également relayés au micro disant craindre l’augmentation de la circulation automobile dans leur quartier, notamment à cause du manque d’accessibilité au site de l’ancien dépôt à neige en transports en commun.

«La plage a une capacité de 5000 personnes. Où comptez-vous mettre toutes ces voitures? J’habite près du Natatorium, et j’ai déjà de la difficulté à trouver du stationnement,» a lancé un résident.

«J’ai deux enfants, et la circulation sur Desmarchais est déjà catastrophique. Comment allez-vous assurer la sécurité des piétons et des cyclistes qui affluent dans le coin?» a renchéri un citoyen inquiet.

Diane Vallée, directrice de projet, a indiqué que l’arrondissement avait déjà entamé des négociations avec l’Institut Douglas, afin de voir si les nombreux stationnements non utilisés pouvaient servir à la clientèle de la plage. Des vignettes gratuites pour les résidents font également partie des possibilités.

Sans trop s’avancer, M. Parenteau a tenté de rassurer les gens en disant que le projet de plage serait accompagné de mesures pour dissuader les automobilistes et encourager le transport actif.

Plusieurs craintes concernant les nuisances sonores, déjà très présentes dans le quartier durant la saison estivale aux abords de la piste de danse, ont également été soulevées.

Conserver les berges
Une demi-douzaine de résidents se sont également inquiétés de l’impact environnemental de la plage sur les berges, l’une des plus importantes aires de nidification au Québec.

Patrick Ash, biologiste, a souligné que le site entre les serres et le Natatorium contenait les plus hautes densités de sauvagines de toute la région des rapides de Lachine.

«On y compte près de 1000 canards par kilomètre carré. Le dérangement humain compromettrait potentiellement l’élevage des couvées de canards née dans l’ensemble de la région des rapides de Lachine.»

M. Robert Cordner, fondateur du Parc des Rapides et fervent défenseur de la 2e plus grande héronnière au Québec, a également mentionné que les nombreux hérons présents sur les berges seraient menacés par la concentration d’activités humaines dans le secteur.

«Nous n’avons pas besoin d’une plage pour que Verdun ait une signature qui lui est propre, a affirmé une jeune femme, dont la remarque a été suivie par une valve d’applaudissements. Nous avons déjà nos berges.»

M. Parenteau a déclaré ne pas être surpris par la mobilisation et les craintes suscitées par le projet. «Je suis très satisfait de la rencontre. Il y a eu plusieurs commentaires intéressants et inspirants. Compte-tenu de mon intérêt affiché dans le passé pour le site du dépôt à neige, la majorité des gens étaient du quartier Desmarchais/Crawford. Ça aurait été différent si un autre site était privilégié.»

Plusieurs résidents ont d’ailleurs tenu à remercier le maire de leur avoir permis de s’exprimer. Le dévoilement du site officiel n’aura pas lieu avant quelques semaines.

Pour avoir un aperçu des quatre sites potentiels proposés lors de la rencontre d’information.

Articles récents du même sujet