Montréal
13:41 3 juillet 2015 | mise à jour le: 3 juillet 2015 à 13:57 Temps de lecture: 2 minutes

Parc des Gorilles: Olymbec s’explique

Parc des Gorilles: Olymbec s’explique
Photo: Stéphanie Maunay/TC Media

Après la parution d’un article dans le Journal de Rosemont–La Petite-Patrie, l’entreprise Olymbec a tenu à expliquer la raison de la mise en demeure envoyée, le 19 juin, aux AmiEs du parc des Gorilles. Elle avance un problème de sécurité et de salubrité.

Rappelons que la compagnie avait sommé le comité de citoyens de nettoyer son terrain sous peine de voir leurs aménagements de verdissement enlevés.

«Il est impératif de rappeler que ce terrain était, lors de son achat, contaminé aux métaux et hydrocarbures lourds. Il fut porté à notre attention récemment que des débris et autres structures s’accumulaient sur celui-ci […]. Cette situation a obligé Olymbec à réagir, car la décontamination du terrain n’est pas complétée et que celui-ci demeure une propriété privée nous obligeant à agir en responsable», peut-on lire dans un communiqué transmis à TC Media par l’entremise de Benoît Larose, vice-président aux affaires juridiques et corporatives d’Olymbec.

L’entreprise ajoute ne pas avoir terminé le processus de décontamination en raison de la réserve foncière instaurée par la Ville.

«Olymbec a déployé des efforts soutenus afin de décontaminer ce terrain […] et a, pour se faire, été contrainte d’extraire le sol et par le fait même, tous les arbres et arbustes. Toutefois, en 2013, la Ville de Montréal a inscrit un avis de réserve paralysant, depuis, tant la continuation des travaux de décontamination que tout développement de ce terrain», ajoute l’entreprise.

Articles similaires