Montréal

L’ASSÉ veut coopérer avec les syndicats des employés de l’éducation

Photo: Yves Provencher/Métro

L’Association syndicale pour une solidarité étudiante (ASSÉ) vise à travailler avec tous les syndicats du monde de l’éducation pour s’opposer aux politiques d’austérité du gouvernement de Philippe Couillard.

En ce sens, l’ASSÉ organisera les 26 et 27 septembre le Rassemblement syndical en éducation (RSÉ), où seront invités non seulement toutes les associations étudiantes, mais aussi tous les syndicats représentant des employés du monde de l’éducation.

«[Nous voulons] discuter concrètement de la façon d’aller de l’avant, de façon unie contre le gouvernement libéral et d’atteindre des objectifs communs, pour protéger notre éducation», a déclaré la porte-parole de l’ASSÉ, Hind Fazazi, lors d’un point de presse, mardi.

L’ASSÉ entend aussi se montrer solidaire aux employés syndiqués du secteur public, dont les enseignants et enseignantes. «On va être derrière eux et derrière elles pour lutter [pour] des conditions de travail qui sont justes. Parce qu’après tout, leurs conditions de travail sont les conditions de notre apprentissage», a lancé Mme Fazazi.

Elle a d’ailleurs fait savoir que des votes de grève auront vraisemblablement lieu dans les campus représentés par l’ASSÉ dans les prochaines semaines.

Revenus de l’État
L’ASSÉ a profité du lancement de sa campagne pour présenter des mesures fiscales qui pourraient, selon elle, permettre au gouvernement d’obtenir des revenus supplémentaires de 10G$.

Parmi ces mesures, l’ASSÉ propose notamment de hausser l’impôt des entreprises à 15%, d’imposer les gains en capitaux au même niveau que les revenus de l’emploi, taxer le capital des entreprises, lutter contre l’évasion fiscale et établir un impôt sur le revenu avec 11 paliers d’imposition, comparé aux 4 qui sont en place à l’heure actuelle.

Articles récents du même sujet