Montréal
21:24 21 février 2016 | mise à jour le: 21 février 2016 à 22:08 Temps de lecture: 4 minutes

Le transport intelligent pour les nuls

Le transport intelligent pour les nuls
Photo: Yves Provencher/Métro

En 2070, 70 % de la population vivra en ville. Elle sera vieillissante, devra faire face aux changements climatiques qui mettront à mal les infrastructures et sera obligée de trouver des solutions à la pollution atmosphérique, qui est responsable de la mort prématurée de trois millions de personnes par an.

Face à ces constats, «on n’a pas le choix de prendre la voie du transport intelligent», selon l’expert d’IBM Jean-François Barsoum, qui était l’invité de l’Incubateur montréalais InnoCité MTL, la semaine dernière, pour un colloque sur la question. Voici quelques idées fortes de sa présentation.

S’inspirer d’Istanbul

ACTU - Artères transport
Plus vous construirez des routes et des ponts, plus vous augmenterez la circulation en ville. C’est le paradoxe Downs Thomson. «Pour réduire le trafic responsable de 40 % des émissions de GES, il faudrait donc en théorie diminuer le nombre d’infrastructures, mais aucun élu ne veut s’y risquer. L’objectif plus réaliste est de diminuer les pics de circulation de l’heure de pointe, et la meilleure solution reste le transport en commun», ajoute l’expert en mentionnant le cas d’Istanbul. La ville turque a documenté, grâce à la géolocalisation par téléphone cellulaire, les grands flux quotidiens des voyageurs, incluant les automobilistes. Elle a ensuite superposé la carte de son réseau de transport en commun pour voir sur quels axes améliorer le service ou redessiner les trajets pour convaincre les automobilistes de délaisser leur auto.

Copier l’Oregon

PrintM. Barsoum ne croit pas que les péages sur les ponts soient la meilleure solution, même automatisés. «Pourquoi un Brossardois qui fait 4 km pour se rendre au centre-ville devrait-il payer alors qu’un résidant de l’est de l’île qui va faire 23 km pour se rendre dans le quartier des affaires ne paierait rien?» se questionne-t-il. L’expert suggère plutôt de s’inspirer d’un modèle testé en Hollande, en Californie et dans l’Oregon. En gros, on diminue les frais fixes, comme l’immatriculation et on paie selon l’utilisation de la route, en fonction des kilomètres parcourus. «On pourra alors rendre certains parcours moins chers que d’autres», ajoute-t-il. Par exemple, si l’automobiliste utilise une artère plutôt qu’une petite rue résidentielle où il y a une école, il bénéficiera d’un tarif plus avantageux. Même topo si on choisit de rouler en dehors des heures de pointe. Dans la ville néerlandaise d’Eindhoven, 70 % des participants à un projet pilote ont changé leurs habitudes, souligne l’expert.

Épier la Finlande

ACTU - Cocktail transportPLes Finlandais ont depuis peu à leur disposition des bouquets de transport, un service intitulé Mobility as a Service, qui doit les convaincre de délaisser leur auto. «À Montréal, ce serait comme avoir chaque mois une location d’auto pour le week-end, quelques heures de Communauto, une passe de la STM, 5 journées de BIXI et 30 $ de coupons de taxi», explique M. Barsoum. Ce dernier souligne toutefois que cela nécessiterait à Montréal une meilleure intégration des offres de transport pour les avoir sur une seule et même plateforme. En attendant, Montréal mise sur d’autres projets, comme l’information en temps réel des passages d’autobus (iBus) et les feux intelligents. En cas d’incident, lorsque les infrastructures du système de transport intelligent seront en place, la Ville pourra diffuser le temps de parcours des différents modes de transport en temps réel, a souligné Aref Salem lors du colloque d’InnoCité.

Regarder en avant

Transportation Sec'y Foxx Discusses Future Transportation Trends With Google CEO
La voiture sans chauffeur fait-elle partie de la solution? Oui, croit M. Barsoum. D’abord parce qu’elle sera équipée de capteurs permettant de faire circuler deux fois plus d’autos, tout en diminuant les risques d’accident. Comme les autos seront plus souvent partagées, elles resteront plus souvent en mouvement, et les besoins de stationnement sur rue deviendront nettement moins nécessaires, de même que le métier de chauffeur de taxi. «Dans aussi peu que 10 ans, il n’y aura plus de chauffeur Uber, si l’entreprise existe encore», indique l’expert d’IBM. L’arrivée prochaine de ces véhicules nécessitera, par exemple, l’utilisation d’une peinture de marquage au sol plus résistante, sachant qu’elle servira au guidage des voitures, ou encore une réévaluation de la largeur des voies de circulation, souligne M. Barsoum. Ces facteurs ne sont pas évoqués par les décideurs publics, notamment dans le cas des grands chantiers comme le pont Champlain et l’échangeur Turcot, note-t-il.

Articles similaires