Montréal

Moisissures: une maison de jeunes doit déménager d’urgence

Présence de moisissures à la Maison de jeunes l'Antre-Jeunes d'Anjou. Photo: Isabelle Bergeron/TC Media

L’Antre-Jeunes de Mercier-Est doit rapidement se trouver un nouveau toit puisque le bâtiment qu’il occupe, rue Hochelaga, renferme des moisissures. La rénovation de l’immeuble bâti en 1970 nécessite des investissements de plusieurs centaines de milliers de dollars.

L’arrondissement étudie divers scénarios de relocalisation et gère le dossier puisque le bâtiment appartient au service des immeubles de la Ville de Montréal.

Présentement, le scénario le plus plausible est un déménagement de l’Antre-Jeunes dans l’ancienne caserne des pompiers située au coin du boulevard Pierre-Bernard et de l’avenue Pierre-de-Coubertin. Aucune décision n’est officiellement prise à ce moment-ci. Une trentaine de garçons et filles fréquentent l’établissement tous les jours.

«L’urgence est d’offrir un environnement sain aux gens de l’Antre-Jeunes. C’est ce à quoi nous nous attardons», confirme Réal Ménard, maire de l’arrondissement de Mercier – Hochelaga-Maisonneuve (MHM).

Dégât d’eau
Il y a quelques mois, des travaux correctifs ont été apportés aux systèmes de ventilation et de chauffage pour corriger une problématique de circulation d’air. Mais des moisissuress ont été décelées à la suite d’un dégât d’eau à divers endroits.

Une étude de l’enveloppe du bâtiment (maçonnerie, etc.) a alors été faite. Des travaux de l’ordre de 800 000 $ sont nécessaires pour réhabiliter le bâtiment.

«Nous aurons des questions à nous poser concernant ce qu’il adviendra de l’immeuble, avoue M. Ménard. Nous n’en sommes pas là, parce que la priorité demeure de déménager l’Antre-Jeunes.»

Les jeunes toujours présents
Du côté de l’organisme, les activités se poursuivent comme à l’habitude. Personne n’a encore officiellement été incommodé par les moisissures. Le personnel est toujours en poste et les jeunes continuent de fréquenter l’endroit.

La situation n’est pas idéale, mais elle est temporaire, indique Marie Anne Guichandut, adjointe à la direction à l’Antre-Jeunes de Mercier-Est. Les démarches de déménagement ont été entreprises. Ce n’est qu’une question de temps, ajoute-t-elle.

Pour de courtes périodes, les impacts des moisissures sont limités, précise Mme Labelle, infirmière d’Info-Santé.

«À long terme, les gens peuvent ressentir des démangeaisons aux yeux, des éternuements, des sécrétions à la gorge, des maux de tête inhabituels et plus encore. Les symptômes peuvent être multiples et dépendent de chacune des personnes. C’est pourquoi il faut agir et ne pas laisser traîner les choses.»

Le déménagement de l’Antre-Jeunes est prévu d’ici les prochaines semaines, au plus tard ce printemps.

 

Articles récents du même sujet