Montréal

Record d’animaux abandonnés à Montréal

Record d’animaux abandonnés à Montréal
Photo: Getty ImagesGerman shepherd baby

La SPCA de Montréal dit avoir secouru 1915 animaux abandonnés depuis le 1er juin, un chiffre qu’elle qualifie de «record d’abandons».

Dans un message publié lundi sur sa page Facebook, la SPCA déplore cette situation survenue pendant la période de déménagement. «Des chiens et chats qui étaient des compagnons de vie et qui ont pourtant été abandonnés! Ils méritent d’être réconfortés, d’être soignés et de trouver un nouveau foyer», ajoute la SPCA.

En comparaison, en 2014 pendant la période du 1er juin au 1er juillet, 1707 animaux ont été secourus, et 1552 en 2015.

Durant les onze premiers jours de juin, c’est 751 animaux qui ont été secourus. Pendant cette même période l’an passé, 624 animaux ont été secourus par la SPCA. Le chiffre était sensiblement le même dans les années précédentes, confirme Anita Kapuscinska, porte-parole à la SPCA de Montréal. «Cette année, on note donc un record d’abandons en comparaison aux dernières années», souligne-t-elle.

La SPCA se demande si la hausse du prix des loyers serait la cause de cette augmentation. «Ça pourrait forcer beaucoup de famille à déménager, pour se trouver un appartement moins cher et qui peut-être n’accepterait pas les animaux», avance Mme Kapuscinska. Elle confirme du même coup que les déménagements est la première cause d’abandons des animaux rapportés à la SPCA.

Elle souligne toutefois que, tous les ans, le nombre d’animaux abandonnés en raison des déménagements continue d’augmenter tout l’été jusqu’à la fin août. «On va donc avoir une meilleure idée de la situation à la fin août. J’espère que les gens ont simplement déménagé plus tôt, donc qu’il y aura moins d’abandons d’ici la fin août», espère Mme Kapuscinska.

Les abandons d’animaux dans les dernières semaines ont été à la fois faits par des propriétaires qui se sont déplacés directement à la SPCA pour rendre leurs animaux, ou encore à la suite de signalements reçus par la SPCA pour des animaux errants trouvés dans la rue.

«Quand on parle aux familles qui abandonnent leur animal, on ne parle pas d’animaux qui ont un historique de nuisance. Ce sont des animaux qui ne causent pas de dommage, mais les familles ne peuvent plus les garder avec eux en raison d’un déménagement, bien souvent», rapporte la porte-parole.

Ce sont majoritairement des chats qui sont secourus par la SPCA. Si bien qu’en temps normal, pour chaque chien disponible pour adoption à la SPCA, il y 3 ou 4 chats également disponibles pour adoption, note l’organisme.

Mais la SPCA se dit heureuse de la réaction du public dans les dernières semaines. En prévision de la période de déménagement, la SPCA avait organisé plusieurs événements d’adoption, qui prévoyaient notamment des rabais sur les frais d’adoption. «On a eu beaucoup d’adoptions ces temps-ci, donc on est soulagés de voir la réaction du public, ça nous aide. Ce week-end, il y a beaucoup de belles familles qui se sont présentées pour adopter un animal. On a fait adopter beaucoup de chats», note Mme Kapuscinska.

Ces adoptions, ainsi que l’aide des centres d’accueil, ont permis de libérer de la place à la SPCA pour accueillir les animaux récemment abandonnés. «Si bien qu’on n’a que 3 chiens actuellement disponibles pour adoption, mais 40 chats disponibles», indique la porte-parole.

Malgré le nouveau règlement annoncé par le maire de Montréal qui interdira prochainement les pitbulls sur le territoire de l’île de Montréal, il n’y a pas eu plus d’abandons de pitbull que dans les années précédentes. «Ça n’a pas affecté la situation, une chance. Même que nous avons reçu beaucoup de petits chiens», ajoute Mme Kapuscinska. Le maire de Montréal avait toutefois assuré que les propriétaires actuels de pitbull conserveraient le droit de garder leur animal. «Il y a toutefois beaucoup de propriétaires de pitbulls qui nous ont contactés parce qu’ils sont inquiets de la situation et se font menacer par leurs voisins. Ils ne comprennent pas pourquoi ils sont visés parce que leur chien n’a jamais causé de problème», regrette la porte-parole de la SPCA de Montréal.

Pétition
La SPCA avait lancé en 2015 une pétition qui visait à rendre «nulle et sans effet» toute clause dans un bail interdisant la possession d’un animal de compagnie dans un logement. La Corporation des propriétaires immobiliers du Québec (CORPIQ) avait réagi à cette pétition disant que certains propriétaires refusent les animaux pour éviter des problèmes tels que les aboiement, une odeur imprégnée dans un logement ou des risques d’allergies pour les locataires subséquents. Selon elle, ces changements législatifs ferait augmenter le nombre d’animaux de compagnie, et donc, de familles qui abandonnent ces animaux après avoir réalisé tous les soins nécessaires, selon un article du magazine Protégez-vous.

Détecter les animaux abandonnés

Comment la SPCA fait-elle pour détecter un animal abandonné par son propriétaire?

D’abord, il y a un certains nombre de propriétaires qui se rendent directement à la SPCA pour leur confier leur animal, bien souvent à la suite d’un déménagement.

La SPCA n’a pas de patrouille qui fait le tour des rues de Montréal pour détecter des animaux abandonnés. Le reste des animaux secourus sont donc pris en charge à la suite de signalement de la part de citoyens de Montréal. La SPCA se rend sur les lieux pour rapporter l’animal dans leurs locaux.

Comment s’assurer que ces animaux ne sont pas en fait nés dans la rue? «Un animal qui a eu déjà eu un propriétaire a un beau toilettage, par exemple. Un chien qui sait donner la patte n’est sûrement pas né dans la rue», note Mme Kapuscinska.

Et s’ils ont un propriétaire, mais qu’ils errent dans les rues pendant quelques jours? La SPCA fait toujours le maximum de vérification pour retrouver le propriétaire lorsqu’on lui rapporte un animal errant ou lorsqu’elle a un signalement. «On regarde les annonces Kijiji, on tente de retracer le propriétaire par les numéros de permis, par le micro-puçage. Chaque année, on retrouve plusieurs centaines de propriétaire grâce à ces recherches», indique Mme Kapuscinska. Les animaux non-réclamés sont donc conservés à la SPCA.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *