National
15:38 2 février 2017 | mise à jour le: 2 février 2017 à 15:38 temps de lecture: 2 minutes

Messages haineux sur internet: un homme de la Rive-Sud arrêté par la police

Messages haineux sur internet: un homme de la Rive-Sud arrêté par la police
Photo: Getty Images/iStockphoto

Un résident de l’arrondissement de Saint-Hubert devra faire face à la justice pour des menaces publiées sur Facebook à l’égard de deux musulmans. Robert Rivard comparaîtra le 29 mars à Montréal.

«Un bidon d’essence sur la guenille pis tu y crisses le feu», écrit Rivard sur la page Facebook d’un blogue antimusulman. Nous taisons le nom du blogue afin de ne pas lui faire de publicité.

Le commentaire – suivi d’un appel à la pendaison – apparaît sous un article qui dénonce la participation de Hajar Jerroumi et Haroun Bouazzi à l’École d’été de l’Institut du Nouveau Monde (INM).

L’article a été diffusé au mois d’août et l’homme a été arrêté le 20 janvier, soit avant l’attentat de Québec.

«Ce sont des menaces qui m’ont fait craindre pour ma sécurité, alors que je suis souvent appelée à intervenir dans des événements publics», indique Mme Jerroumi en entrevue. Cette dernière a d’ailleurs participé à l’organisation d’une marche contre le projet de charte des valeurs.

D’autres commentaires haineux ont également été publiés sous le même article. Mme Jerroumi affirme avoir porté plainte contre chacun des auteurs. «Pour l’instant, seulement M. Rivard a été arrêté. Je crois que les policiers se sont d’abord penchés sur son cas parce qu’il y avait clairement une incitation à la violence», affirme-t-elle.

Plusieurs personnes ont été arrêtées pour avoir diffusé des incitations à la violence depuis l’attentat du 29 janvier dans une mosquée de Québec. Mme Jerroumi souligne toutefois que seule une minorité de la population québécoise épouse de telles idées. «Ça me fait chaud au cœur de voir tout le Québec qui s’unit dans la différence contre la haine, contre la division. Le Québec et le Canada, ce sont des sociétés plus inclusives que ce qu’on voit en Europe ou aux États-Unis. Je souhaite que l’on reste l’exception», indique-t-elle.