National
11:39 17 janvier 2020

Écrasement en Iran: Trudeau promet une compensation de 25 000$ par victime aux familles

Écrasement en Iran: Trudeau promet une compensation de 25 000$ par victime aux familles
Photo: Dave Chan/AFPLe premier ministre du Canada, Justin Trudeau

Le gouvernement Trudeau offrira «dans les plus brefs délais» une compensation financière de 25 000$ par victime aux familles endeuillées du vol PS752, qui s’est écrasé en Iran le 8 janvier. Ottawa exhorte aussi Téhéran de mettre sur pied «à moyen terme» un programme de soutien «adéquat».

La mesure annoncée vendredi par le premier ministre Justin Trudeau concerne les victimes détenant la citoyenneté canadienne ou la résidence permanente. L’argent servira à payer des «besoins immédiats» tels que des arrangements funéraires ou des déplacements.

«Je veux être clair: nous nous attendons à ce que l’Iran compense aussi ces familles. Je les ai rencontrées. Elles ne peuvent attendre des semaines. Elles ont besoin de soutien maintenant.» -Justin Trudeau, premier ministre du Canada

La compensation s’agit «d’une première étape» et non d’une fin en soi, d’après Justin Trudeau. «Ce n’est qu’une assistance immédiate. Ces familles ont perdu un ou des proches dans des circonstances extraordinaires, rendant leur deuil encore plus éprouvant», a-t-il insisté. «Il y a des factures qu’il faut payer, des cartes de crédit qui sont en train de déborder», a ajouté le chef des libéraux, rappelant la «tristesse» de cette «tragédie nationale» qui a «plongé le Canada dans le deuil» depuis plus d’une semaine maintenant.

D’autres priorités

Le premier ministre a aussi profité de l’occasion pour annoncer que les premières dépouilles canadiennes arriveront au pays «d’ici quelques jours». Environ 20 familles en ont fait la demande.

Le Canada envisagerait par ailleurs sérieusement la possibilité de porter l’incident devant l’Organisation des Nations Unies (ONU).

L’objectif serait d’augmenter la pression sur l’Iran lors de l’enquête, afin d’avoir toutes les informations sur la table. Pour rappel, les Pays-Bas avaient procédé de cette manière en 2014, lors de l’écrasement du vol MH17 de Malaysia Airlines en Ukraine.

Près de 400 000$ ont déjà été amassés pour les familles endeuillées dans le cadre de la campagne #CanadaStrong, organisée sur les réseaux sociaux par Mohamad Fakih.

Le ministre Champagne à Oman, Trudeau à l’écoute

Le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, doit rencontrer aujourd’hui son homologue iranien, Javad Zarif, pour parler de l’écrasement.

Hier, plusieurs États ayant des ressortissants parmi les victimes, dont le Canada, ont établi une «liste de demandes» qui seront présentées à l’Iran. C’est l’un des sujets qui seront fort probablement abordés lors de cette rencontre.

Un total de 176 personnes, dont 57 Canadiens, ont péri dans le vol PS752 d’Ukraine International Airlines. Plusieurs Montréalais font partie de ce triste bilan.

La tragédie est survenue dans la foulée d’une escalade des tensions entre l’Iran et les États-Unis au Moyen-Orient. Quelques jours plus tôt, le général iranien Qassem Soleimani perdait la vie dans une attaque perpétrée par l’armée américaine.

Faciliter l’immigration

Toutes les familles et les proches des victimes auront droit à une assistance spécialisée pour leurs documents d’immigration.

«Notre gouvernement va rembourser, voire éliminer tous les frais pour les documents de voyage et, surtout, accélérer les demandes. Ça sera toujours contrôlé. Mais nous pourrons délivrer les visas aux familles en quelques heures, plutôt que quelques semaines», a illustré Justin Trudeau.

D’autres documents, tels que les cartes de résidence permanente, pourraient aussi être traités «beaucoup plus rapidement».

Une ligne téléphonique dédiée aux familles endeuillées a été mise sur pied pour toutes les questions relatives à l’immigration canadienne. Le même mécanisme a aussi été créé pour les conseils juridiques et l’aide psychologique pour les proches.

Toute la semaine, Justin Trudeau a rencontré des familles touchées par l’écrasement du vol à Montréal, à Toronto, à Edmonton et à Vancouver notamment. La vice-première ministre, Chrystia Freeland, était aussi à ses côtés.

L’unité d’intervention d’urgence, conseillée par le sénateur Stan Kutcher, continuera par ailleurs d’évaluer au quotidien les «meilleurs moyens» d’appuyer les familles concernées, a soutenu le premier ministre canadien.