National

La famille de Nathalie Morin réclame un rapatriement d'urgence

Johanne Durocher clame l’urgence de rapatrier au Canada sa fille Nathalie Morin, retenue en Arabie saoudite contre son gré par son mari et enceinte d’un troisième enfant.

«Nathalie est séquestrée, battue, mal nourrie et maintenant enceinte, ce qui rend sa situation encore plus urgente», a déploré Johanne Durocher, rappelant que les compagnies aériennes refusent les femmes enceintes de plus de sept mois. La jeune femme estime en être à son quatrième mois de grossesse.

La mère de Nathalie souhaite que le gouvernement saoudien oblige Saeed Al-Shahrani à libérer sa fille. C’est donc par la voix des médias que Mme Durocher, son fils Dominique et la députée du Bloc québécois Francine Lalonde, appellent à l’aide les gouvernements canadien et saoudien. «Saeed a le pouvoir sur Nathalie, mais le gouvernement saoudien a le pouvoir sur Saeed», a affirmé la mère de la jeune fille de 23 ans.

Cette histoire n’a pas surpris la Montréalaise Jaqueline Skelling, présente à la conférence de presse d’hier. Cette femme, qui a vécu 15 ans en Arabie saoudite, croit que c’est au roi Abdallah que la famille devrait demander de l’aide, le décrivant comme un homme très sensible.

Un portrait peu réjouissant

Nathalie et ses fils Samir, six ans, et Abdullah, deux ans, vivent séquestrés dans une vieille maison d’un quartier industriel. La résidence est malpropre, chaude et sans autres meubles que deux petits matelas verts.

Des responsables de l’Ambassade canadienne ont été surpris de constater l’état des lieux lors d’une visite il y a deux semaines, a raconté Nathalie à sa mère par téléphone. Ils n’y auraient trouvé que deux oranges et une banane pour toute nourriture. «La semaine dernière, j’entendais les deux garçons pleurer au téléphone et demander à manger», s’est indignée leur grand-mère.

Le plus jeune des enfants souffre d’asthme et de plusieurs allergies tandis que son frère aîné éprouve encore des difficultés de langage. «Ils ne jouent jamais dehors, ne connaissent personne d’autres que leurs parents et sont mal nourris», a résumé Francine Lalonde.

Un groupe Facebook «Le Canada doit aider Nathalie Morin à revenir au Canada» a été créé par le frère de celle-ci.

Articles récents du même sujet