National

Lettres piégées: pas de libération sous caution

WINNIPEG – Un homme de Winnipeg accusé d’avoir envoyé des lettres piégées à son ex-femme et à deux avocats s’est vu refuser une libération sous caution, mercredi.

Guido Amsel devra donc demeurer derrière les barreaux jusqu’à la tenue de son procès. Il doit répondre à trois chefs de tentative de meurtre.

La décision de la juge Heather Pullan de la cour provinciale du Manitoba survient après trois jours d’audience, dont le contenu ne peut être divulgué en raison d’un interdit de publication.

Guido Amsel a été arrêté au début du mois de juillet après que des bombes eurent été envoyées au bureau de son ancienne femme et aux avocats qui les ont représentés pour leur divorce.

Deux des bombes ont été neutralisées, mais la troisième a explosé, blessant sérieusement l’avocate Maria Mitousis.

Les avocats représentant l’accusé soutiennent que leur client n’est pas l’auteur du crime. Aucune date n’a été fixée pour la tenue du procès.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *