Culture

Osheaga: les coups de coeur de la rédaction

Photo: Anicée Lejeune/Métro

Florence + The Machine: Ensorcelante
Toute une bête de scène, cette Florence Welch! La chanteuse de Florence + The Machine a emporté le public avec elle, vendredi, de sa voix puissante et mélodieuse, en trottinant d’un bout à l’autre de la scène. Si le groupe n’a pas hésité à revisiter certains de ses succès, d’autres, comme Dog Days Are Over, ont été laissés intacts. Le visage en sueur, le toupet collé au front : la chaleur n’a pas arrêté Florence, tout sourire devant un public en délire. (Camille Laurin-Desjardins)

Sigur Rós: Éblouissant
Vendredi, le groupe islandais a fait bien des heureux. Les 11 musiciens ont commencé par une chanson de leur nouvel album, mais ont enchaîné avec de vieux succès de leurs albums Ágætis Byrjun et Takk…, au plus grand bonheur de leurs fans. Malgré la chaleur intense, l’air s’est un peu rafraîchi. Les projections, les harmonies de cordes et de cuivres ainsi que la voix toujours aussi pure de Jónsi suffisent pour faire frissonner n’importe qui. (Camille Laurin-Desjardins)

Feist: Rafraîchissante
La belle Canadienne Leslie Feist a fait souffler samedi soir un vent de fraîcheur et de calme sur le parc Jean-Drapeau. En tout simplicité, elle nous a fait vibrer au rythme de sa guitare et a réussi à emporter la foule quand elle a revisité son célèbre My Moon, My Man. (Anicée Lejeune)

Portugal. The Man: Bouillant

Heureux sont ceux qui sont arrivés assez tôt pour voir Portugal. The Man se démener sur la scène de la Rivière à 14 h 15 samedi! La formation indie-pop américaine a surpris tout le monde en y allant de versions ultra-distortionnées de ses hits habituellement très planants. Elle s’est même permis une reprise de Helter Skelter des Beatles! Plus qu’un concert, la prestation a été un statement. (Maxime Huard)

Brand New: Poignant
Lorsque les cinq gars de Brand New sont montés sur scène samedi, l’ambiance était survoltée (les beaux yeux du chanteur y étant peut-être pour quelque chose). Même si le groupe s’est quelque peu adouci au fil du concert, la voix de Jesse Lacey nous prend aux tripes, et on savoure chaque accent de distorsion. (Anicée Lejeune)

Articles récents du même sujet